Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®

1.2 Les sigles et les acronymes

1.2.1 Formation et emploi

Le sigle peut être utilisé pour un nom propre comme pour un nom commun. Strictement parlant, on distingue :

Le sigle, qui est uniquement formé des lettres initiales d’un groupe de mots (une seule par mot), et qui se prête ou non à la prononciation syllabique du français :

  • CSN = Confédération des syndicats nationaux
  • OPEP = Organisation des pays exportateurs de pétrole
  • adav = avion à décollage et atterrissage verticaux

L’acronyme, qui peut comporter des lettres autres que des initiales et qui se prononce comme un seul mot :

  • ACNOR = Association canadienne de normalisation
  • BENELUX = Belgique, Nederland, Luxembourg
  • radar = Radio Detecting and Ranging

Si un sigle ou un acronyme est susceptible de ne pas être compris par le lecteur, il est nécessaire d’écrire l’appellation au long dès sa première mention, et de la faire suivre, entre parenthèses, du sigle ou de l’acronyme. On peut également choisir d’écrire le sigle en indiquant, à sa première mention, l’appellation complète entre parenthèses.

1.2.2 Règles d’écriture

On constate une certaine confusion dans la graphie des sigles en ce qui concerne les points abréviatifs, les majuscules et les accents. Par souci de simplification, nous recommandons :

La suppression des points abréviatifs

  • OTAN
    plutôt que
    O.T.A.N.

L’emploi exclusif des majuscules

  • UNESCO
    plutôt que
    Unesco

La non-accentuation

  • CEE
    plutôt que
    CÉE

Noter les prononciations suivantes :

  • ALENA
    se prononce « aléna »
  • REER
    se prononce « rèr »
  • REA
    se prononce « réa »
Remarque

Cette recommandation ne vise pas les sigles qui sont devenus des noms communs, tels que cégep, laser, ovni, radar, sida, etc. Ceux-ci se plient aux règles de l’accentuation française et peuvent servir à former des mots nouveaux : p. ex. cégépien, sidéen.

1.2.3 Genre

Les sigles français prennent normalement le genre du premier substantif énoncé :

  • la SOFIRAD = la Société financière de radiodiffusion
  • le PNB = le produit national brut

Il en va autrement des sigles empruntés tels quels à une autre langue et, plus particulièrement, à l’anglais. Dans ce cas, on attribue au sigle le genre qu’aurait l’équivalent français du nom de l’entité :

  • la BBC = British Broadcasting Corporation (société)
  • le FBI = Federal Bureau of Investigation (bureau)

Contrairement à l’usage anglais, les sigles s’emploient généralement avec l’article.

1.2.4 Nombre

Les sigles, d’origine française ou étrangère, restent invariables tant qu’ils ne sont pas clairement lexicalisés :

  • On ne parle plus guère des ICBM (intercontinental ballistic missiles).
  • Les ASBL sont des associations sans but lucratif.

Les sigles lexicalisés prennent un s au pluriel :

  • les cégeps
  • les lasers
  • les radars

1.2.5 Équivalents français ou anglais

Certains organismes, étrangers ou internationaux, n’ont pas de sigle français officiel. Il est, dans ce cas, préférable de ne pas en créer un. Ainsi, on conserve :

  • ISO = International Organization for Standardization — Organisation internationale de normalisation
  • UNESCO = United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization — Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture

Mais on emploie :

  • OIPC = Organisation internationale de protection civile

       pour

    ICDO = International Civil Defence Organization

  • OCDE = Organisation de coopération et de développement économiques

       pour

    OECD = Organization for Economic Cooperation and Development

  • OACI = Organisation de l’aviation civile internationale

       pour

    ICAO = International Civil Aviation Organization

Au Canada, cette mesure de prudence devrait s’étendre aux sigles des institutions et des organismes privés ou relevant d’un gouvernement provincial dont la langue officielle est l’anglais. Le même raisonnement devrait s’appliquer en sens inverse aux institutions ou organismes francophones, notamment québécois, dont le sigle officiel ne devrait pas faire l’objet d’une traduction improvisée en anglais. On peut cependant donner entre parenthèses une traduction officieuse de l’appellation au long.

1.2.6 Ordres, décorations et médailles

La liste suivante indique l’ordre dans lequel se portent les insignes des ordres, décorations et médailles du Canada. Les sigles comportent le point abréviatif et, s’il y a lieu, l’accent.

Ordres, décorations et médailles Abréviations
Croix de Victoria V.C.
Croix de la vaillance C.V.

Ordres nationaux

Ordres, décorations et médailles Abréviations
Compagnon de l’Ordre du Canada C.C.
Commandeur de l’Ordre du mérite militaire C.M.M.
Commandeur de l’Ordre royal de Victoria C.V.O.
Officier de l’Ordre du Canada O.C.
Officier de l’Ordre du mérite militaire O.M.M.
Lieutenant de l’Ordre royal de Victoria L.V.O.
Membre de l’Ordre du Canada C.M.
Membre de l’Ordre du mérite militaire M.M.M.
Membre de l’Ordre royal de Victoria M.V.O.

Ordres provinciaux

Ordres, décorations et médailles Abréviations
Ordre national du Québec G.O.Q., O.Q., C.Q.
Ordre du mérite de la Saskatchewan S.O.M.
Ordre de l’Ontario O.Ont.
Ordre de la Colombie-Britannique O.B.C.
Ordre d’excellence de l’Alberta A.O.E.

Décorations

Ordres, décorations et médailles Abréviations
Étoile de la vaillance militaire É.V.M.
Étoile du courage É.C
Croix du service méritoire C.S.M.
Médaille de la vaillance militaire M.V.M.
Médaille de la bravoure M.B.
Médaille du service méritoire M.S.M.
Médaille royale de Victoria R.V.M.

Voir aussi 3.3.38 Distinctions civiles et militaires.