Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada
Rechercher dans TERMIUM Plus®

10.2 Le choix des mots

10.2.1 Choisir des termes simples

Les destinataires d’un même texte n’ont pas nécessairement tous le même bagage linguistique. C’est pourquoi, lorsqu’on rédige une note de service à l’intention de l’ensemble du personnel d’un organisme, par exemple, il est préférable d’employer des mots qui appartiennent à la langue courante. Au lieu d’écrire :

  • Les divers services devront se réapproprier les tâches qui leur étaient dévolues préalablement à la dernière réorganisation de la Division.

on pourrait choisir des termes plus simples, c’est-à-dire remplacer se réapproprier, dévolues et préalablement à  :

  • Les divers services devront reprendre les tâches dont ils avaient la responsabilité avant la dernière réorganisation de la Division.

Choisir des termes simples, c’est aussi éviter les mots inutiles et, du même coup, viser la concision. Au lieu de dire :

  • Les inspecteurs effectueront une visite d’une durée de deux heures aux laboratoires et passeront en revue les données contenues dans les listes des produits chimiques utilisés dans chacun pour en faire rapport au Ministère.

on pourrait s’exprimer ainsi :

  • Les inspecteurs effectueront une visite de deux heures aux laboratoires, examineront les listes des produits chimiques utilisés et feront rapport au Ministère.

On évite les mots ou les groupes de mots longs et complexes; par exemple, on peut dire :

  • avant
    au lieu de
    préalablement à
  • trop de
    au lieu d’
    un nombre excessif de
  • pour
    au lieu de
    dans le but de
  • si
    au lieu de
    dans la mesure où
  • dans
    au lieu d’
    au sein de
  • malgré
    au lieu de
    nonobstant

10.2.2 Choisir des tours concrets

Il faut souvent privilégier l’emploi de mots concrets et vivants plutôt que de tours abstraits qui risquent d’alourdir le texte ou d’obscurcir le message. Au lieu de :

  • Le tableau 4, présenté ci-dessous, fait ressortir le fait qu’il s’est produit des modifications majeures dans la composition et les conditions d’existence de la population rurale du Canada au cours des années qui viennent de s’écouler.

on pourrait écrire :

  • Comme le montre le tableau 4 ci-dessous, la composition et les conditions de vie de la population rurale du Canada ont beaucoup changé ces dernières années.

10.2.3 Éviter les termes techniques

Dans les textes qui ne s’adressent pas uniquement à des spécialistes, il convient d’éviter autant que possible l’emploi de termes techniques sur lesquels un public profane pourrait buter. Cependant, s’il faut absolument en utiliser, on doit veiller à les définir, à les expliquer ou encore à les faire suivre des mots plus connus entre parenthèses :

  • Le gouvernement fédéral a approuvé le programme national de récupération des halons dommageables pour la couche d’ozone. (Les halons, dérivés des hydrocarbures, sont employés comme liquides extincteurs et frigorifiques.)
  • sélénologie (étude de la Lune)
  • tomodensitomètre (CAT scan)

Le même raisonnement vaut dans le cas des sigles ou des abréviations appartenant au jargon technique ou administratif employé dans la fonction publique, par exemple. En effet, tout le monde ne sait pas que CFP signifie Commission de la fonction publique ou qu’OSS désigne un organisme de service spécial. De plus, les sigles anglais sont souvent plus familiers aux francophones que les sigles correspondants en français. Pour ces raisons, il faut indiquer le sens des sigles et abréviations dès qu’ils se présentent dans un texte.

Tout comme il ne faut pas abuser des sigles, il est souhaitable d’éviter le plus possible les expressions latines. Elles sont très populaires chez les juristes, mais obscures pour la plupart des profanes :

  • mutatis mutandis (avec les modifications nécessaires)
  • ultra vires (au-delà des pouvoirs)

10.2.4 Supprimer les périphrases

La périphrase est un groupe de plusieurs mots servant à exprimer une notion qui peut facilement être désignée par un seul mot. Elle se présente souvent sous la forme verbe-complément. Comme elle est lourde et peu naturelle, il y a presque toujours avantage à la remplacer par le mot qui convient et à écrire, par exemple, modifier au lieu d’apporter des modifications, ou encore concevoir au lieu d’assurer la conception.