Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®

2.4 Cas particuliers

2.4.1 Année, époque, etc.

Pour les exercices financiers ou les années scolaires, on conserve toujours les quatre chiffres :

  • l’exercice 1995-1996

On compose en lettres la désignation abrégée d’une époque historique ou particulièrement mémorable, bien que les chiffres soient souvent employés aujourd’hui :

  • la guerre de Cent ans
  • la crise des années trente ou des années 30

Comme on peut le constater par le dernier exemple, l’usage admet dans certains cas que l’on retranche les deux premiers chiffres du millésime, pourvu qu’il n’y ait pas de risque d’équivoque quant au siècle. Noter, en français, l’absence d’apostrophe avant le chiffre :

  • la rébellion de 37
  • la guerre de 14-18

Quand on donne, comme ci-dessus, l’année du début et l’année de la fin d’une période, il faut retrancher les deux premiers chiffres du millésime dans les deux cas ou les garder dans les deux cas. Ainsi, on écrit :

  • 14-18 ou 1914-1918, mais non 1914-18
  • 30-35 ou 1930-1935, mais non 1930-35

2.4.2 Date

Dans les textes de style soutenu, où les nombres figurent en toutes lettres (voir 2.2.1 Nombres à composer en toutes lettres), le quantième du mois et l’année sont quand même écrits en chiffres :

  • le 24 août 1995
  • le 1er décembre 1996 (et non le 1 décembre 1996)

On compose toutefois en lettres la date (quantième, mois, année) figurant dans un document protocolaire ou juridique : faire-part, invitation, achevé d’imprimer, acte juridique, notarié, etc. :

  • Le vingt-cinq octobre mille neuf cent quatre-vingt-quatorze, en l’église de Notre-Dame-des-Victoires, sera célébré…
  • Cet ouvrage a été achevé d’imprimer sur les presses de Typographicus, le cinq octobre mil neuf cent quatre-vingt-quinze.

Les dates historiques s’écrivent en chiffres dans les noms de rues, de boulevards, etc. :

  • la rue du 24-Juin
  • la rue du 1er-Juillet

2.4.3 Heure

Dans les textes courants ou administratifs, on écrit l’heure en chiffres, selon l’échelle de 24 heures. 0 h corrrespond à minuit et 12 h à midi. On écrit généralement minuit et midi en toutes lettres quand il s’agit de l’heure juste.

On fait suivre les chiffres soit des symboles courants, soit des noms des unités en toutes lettres :

  • 23 h 12 min 8 s
       ou
    23 heures 12 minutes 8 secondes

On indique l’heure en lettres lorsqu’il n’y a pas insistance sur un moment précis de la journée ou lorsque l’expression contient les mots quart, demi(e), trois quarts :

  • Venez entre huit et neuf heures.
  • Il est parti à huit heures et quart.
  • Prenons rendez-vous pour dix heures et demie.

On compose également en lettres le nombre exprimant une durée, de façon à faire la distinction avec le moment :

  • Le trajet a duré onze heures trois quarts.
  • Elle a travaillé pendant deux heures.
Remarques
  1. On compose en lettres n’importe quelle fraction d’heure accompagnant un nombre entier déjà écrit en lettres, ou suivant les mots midi et minuit :

    • huit heures douze
    • minuit quarante

  2. La conjonction et s’emploie obligatoirement lorsque l’indication de l’heure comprend le mot demi(e). Elle s’emploie aussi en général devant les mots quart, demi(e), trois quarts :

    • minuit et demi
    • midi et quart

  3. Lorsqu’un nom d’unité est composé en lettres, tous les autres doivent l’être aussi. Ainsi, les expressions hybrides du genre h 5 minutes ou 8 heures 5 min sont inacceptables.

  4. Si le nom de la première unité de temps est abrégé, celui de la dernière peut être soit abrégé, soit omis :

    • h 5 min ouh 5
    • 20 min 12 s ou 20 min 12

  5. L’accent simple ou prime (´) et l’accent double ou seconde (´´) sont les symboles normalisés des minutes et des secondes d’arc et non de la mesure du temps.

  6. Certaines sources déconseillent de mettre un zéro devant le chiffre indiquant les minutes ou les secondes (22 h 08 min 07 s), en informatique et dans certains tableaux. Pourtant, cet usage est correct et attesté. On a donc le choix d’écrire 12 h 05 ou 12 h 5. Toutefois, l’ajout de deux zéros (00) après une heure juste est déconseillé. Dans les textes courants, on écrit 8 heures ou 8 h, mais non h 00 (voir aussi 1.1.12 Heure, minute, seconde).

Consultez aussi le Rappel linguistique sur l’écriture de l’heure du Bureau de la traduction.

2.4.4 Sommes d’argent

a) Mode d’écriture du nombre

En règle générale, on représente les sommes d’argent par des chiffres. Le nom de l’unité monétaire peut figurer en lettres dans les textes courants (dollar, franc, yen, marketc.), mais il est d’usage de le remplacer par son symbole ($, F, Y, DMetc.) dans les documents statistiques ou financiers :

  • L’an dernier, les dépenses se chiffraient déjà à 17 544 146 $.
  • Le prix du café atteignait 7,35 dollars le kilo et celui des œufs, 1,05 dollar la douzaine.

Noter l’orthographe du mot dollar, qui reste au singulier pour toutes les quantités inférieures à deux. Une somme telle que deux millions trois cent mille dollars s’exprimerait correctement de deux manières :

  • 2 300 000 $
  • 2,3 millions de dollars

On ne peut écrire 2 millions 300 mille dollars parce que mille, adjectif numéral, ne peut pas jouer le rôle d’un substantif au même titre que million ou milliard. Pour la même raison, on n’écrit pas : 100 vingt hommes, 10 mille habitants, 100 mille kilomètres, comme on écrit : 100 millions d’habitants, 200 milliards de dollarsetc.

Lorsque la somme est écrite en lettres, il faut indiquer le nom de l’unité monétaire au long :

  • dix mille dollars et non dix mille $

Pour les cents, on peut employer soit le symbole du dollar, en mettant un zéro avant la virgule (0,50 $), soit le symbole « ¢ » (50 ¢).

b) Symboles des unités monétaires

Dans la langue des affaires, la monnaie d’un pays est désignée par un signe conventionnel : le dollar par le S barré ($), le franc par son initiale majuscule (F), la livre sterling par le symbole £, etc.

Pour distinguer les devises de même nom ou du même bloc monétaire, on ajoute l’abréviation ou le code accepté à l’échelle nationale ou internationale, selon ce que la situation exige. On peut notamment distinguer :

Les différents dollars

  • dollar canadien : $ CA
  • dollar américain : $ US
  • dollar australien : $ A
  • dollar néo-zélandais : $ NZ
  • dollar guyanais (Guyana) : $ G
  • dollar libérien : $ LB
  • dollar de Hong Kong : $ HKG
  • etc.

Les différents francs

  • franc français : FF
  • franc belge : FB
  • franc suisse : FS
  • franc malgache : FMG
  • franc de la Communauté financière du Pacifique (Polynésie française) : FCFP
  • franc de la Communauté financière africaine : FCFA
Remarque

Ces symboles peuvent différer des codes de monnaie de la norme internationale ISO 4217 (CAD, USD, AUD, etc.), qui sont particulièrement utilisés en finance et dans les échanges commerciaux internationaux. Il est préférable d’éviter d’employer ces codes de monnaie internationaux dans les textes généraux. Le code CAD est composé du code de pays établi par l’ISO pour le Canada (CA) suivi de la lettre D pour « dollar ». On ne le fait donc pas précéder du symbole $ : 22,25 CAD; 317 000 CAD. Le même code est utilisé en français et en anglais.

c) Place du symbole

En français, le symbole d’une monnaie se place, précédé d’une espace, à la suite de l’expression numérale. C’est l’ordre logique des termes de la langue parlée :

  • 918 $ CA
  • 2 345 678 FS

La position postérieure du symbole a notamment l’avantage de permettre les combinaisons classiques suivantes :

  • 2 800 $/ha
  • 50 $/h

Dans les tableaux et les états financiers, on peut faire précéder l’expression numérale du symbole suivi d’une espace :

  • $ 47 432

On peut en outre utiliser les symboles k$ (kilo) pour millier de dollars, et M$ (méga) pour million de dollars :

  • 2 000 000 $, 2 000 k$ ouM$

2.4.5 Pourcentages

Les nombres exprimant les pourcentages sont accompagnés du signe % (précédé d’une espace). Ce symbole, autrefois réservé aux textes à caractère financier, commercial ou statistique, est aujourd’hui de plus en plus courant dans tous les types de textes :

  • Le taux d’escompte est de 11 % depuis hier.
  • Il a atteint ses objectifs dans une proportion de 80 %.

Dans les textes soignés, on peut écrire :

  • p. 100, 2 pour 100 ou deux pour cent

L’écriture en toutes lettres est utilisée surtout dans les textes littéraires et au début d’une phrase :

  • Quarante pour cent des hommes approuvent cette mesure, alors que 75 % des femmes s’y opposent.

La forme mixte, bien que condamnée par certains auteurs, se rencontre parfois :

  • 60 pour cent ou 60 p. cent

Ces règles s’appliquent aussi à l’expression pour mille :

  • 2 ‰, 2 p. 1000, 2 pour 1000, deux pour mille

2.4.6 Température

On exprime la température en faisant suivre immédiatement le nombre du petit zéro supérieur (°) tenant lieu du mot degré :

  • À 40° au-dessous de zéro, l’échelle Celsius et l’échelle Fahrenheit indiquent la même température.

Lorsque la nature du degré doit être précisée, on laisse une espace entre le nombre et le petit zéro supérieur, que l’on accole alors au symbole de l’échelle de température :

  • La glace fond à 32 °F, à 0 °C et à 0 °R.

On peut, dans un texte non spécialisé, noter la température en lettres si l’on s’en tient au nombre entier :

  • Le thermomètre était descendu à trente-sept degrés au-dessous de zéro.

2.4.7 Numéros

On compose en chiffres arabes le numéro des articles de codes, de lois, de décrets, le numéro des notes, des paragraphes, des pages et des colonnes d’un ouvrage imprimé, le numéro des vers et des versets, et les autres numéros d’ordre (adresses, billets de loterie, etc.) :

  • Veuillez consulter l’article 7 de la Loi sur la protection des renseignements personnels.
  • L’information en question se trouve au paragraphe 3 de la page 232.
  • Envoyez cette lettre au 404, rue Boucher.

Les numéros se composent d’un seul tenant, c’est-à-dire sans espace entre les tranches de trois chiffres, à moins que le traitement par machine n’exige cette séparation :

  • C.P. 3745
  • Le billet gagnant porte le numéro 112234.

2.4.8 Textes juridiques

On emploie habituellement des chiffres, arabes ou romains, pour désigner les divisions d’actes notariés et d’autres documents juridiques ou administratifs (sections, articles, paragraphes, alinéas, etc.). Par ailleurs, selon le Guide canadien de rédaction législative française, on subdivise les lois et leurs règlements d’application de la façon suivante :

Anglais Français
Part I partie I
Division A section A
Subdivision a sous-section a
section 12 article 12
subsection 12(1) paragraphe 12(1)
paragraph 12(1)(a) alinéa 12(1)a)
subparagraph 12(1)(a)(i) sous-alinéa 12(1)a)(i)
clause 12(1)(a)(i)(B) division 12(1)a)(i)(B)
subclause 12(1)(a)(i)(B)(VI) subdivision 12(1)a)(i)(B)(VI)
sub-subclause 1 sous-subdivision 1
schedule annexe
table tableau ou table
figure figure

2.4.9 Âge

On écrit l’âge en lettres ou en chiffres :

  • Depuis 1970, les pensions de retraite sont payables aux cotisants âgés de soixante-cinq ans (ou 65 ans).

2.4.10 Adresse

Le nombre ordinal qui caractérise une voie publique peut s’écrire en lettres (avec une majuscule) ou en chiffres :

  • Madame Marie Labonté
    12, Seizième Avenue
    Montréal (Québec)
  • Monsieur Jean Ledoux
    16, 25e Rue
    Moncton (Nouveau-Brunswick)

Voir aussi 8.1.4 Adresse du destinataire

2.4.11 Divisions de l’arc et du cercle

Les chiffres sont soit affectés des symboles du degré (°), de la minute (’) et de la seconde (’’), soit accompagnés, pour chaque grandeur, du nom complet de l’unité :

  • 20° 19’ 6’’
    20 degrés 19 minutes 6 secondes

On ne met ni espace entre le nombre et le symbole, ni signe de ponctuation entre les unités, sauf la virgule qui introduit une fraction décimale :

  • 20° 19’ 6,7’’

Dans les mesures de longitude et de latitude, le symbole °, qui signifie « degré », ne doit pas être employé comme signe ordinal (e). Ainsi on écrit :

  • L’épave se trouve à 40° de longitude ouest.
       mais
    Le navire atteignit le 40e degré (et non le 40°) à 13 h 33.

2.4.12 Cartes et plans

En cartographie et dans les plans de construction, on représente les échelles numériques en séparant les données soit par une barre horizontale :

  •      1      
    100 000

soit, selon l’usage le plus fréquent, par une barre oblique :

  • 1/100 000

On doit traiter l’indication de l’échelle comme une fraction ordinaire (voir 2.3.2 Fractions ordinaires), c’est-à-dire sans accoler au second terme la lettre supérieure du numéral ordinal :

  • À l’échelle 1/100 000, 1 mm représente 100 m.

On n’écrit donc pas 1/100 000e, même si l’on prononce « un cent-millième ».

2.4.13 Typographie

Les mesures typographiques relèvent de la numération duodécimale (ayant pour base le nombre douze). Les fractions de ces unités sont donc de même nature que les fractions ordinaires (voir 2.3.2 Fractions ordinaires). Pour cette raison, il n’est pas admis de les accoler au nombre entier ou de les représenter sous forme de fractions décimales. La seule façon correcte de les représenter est la suivante :

  • une justification sur 22 picas ½
  • un cadrat fondu sur 2 cadratins ½
  • une espace de 2 points à 2 points ½ (le mot espace est féminin en typographie)

2.4.14 Titres et alliages

Les titres et alliages s’expriment de la manière suivante :

  • Cette liqueur titre 17 degrés (ou 17°).
  • Le laiton se compose généralement de quelque 75 % de cuivre et d’à peu près 23 % de zinc.
  • Pour l’or de 22 carats, le titre sera de 920 ‰; pour l’or de 18 carats, il sera de 750 ‰.

2.4.15 Système international d’unités

Les nombres qui accompagnent les unités SI s’écrivent en chiffres, qu’ils soient placés au début ou dans le corps de la phrase :

  • un courant de 25 A
  • un homme de 1,85 m

Dans un texte non technique, si l’on décide d’écrire en lettres le nombre accompagnant une unité SI, celle-ci doit également s’écrire en lettres :

  • Il est tombé trois centimètres de pluie hier.