Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada
Rechercher dans TERMIUM Plus®

5.2 Le nom propre

5.2.1 Livres, journaux, revues et œuvres d’art

On met normalement en italique les titres de livres, d’écrits divers, d’œuvres d’art, de films, de poèmes, de pièces de théâtre, de disques, de chansons, d’émissions de radio et de télévision, de documents électroniques :

  • Bonheur d’occasion raconte les tribulations de la famille Lacasse.
  • Une année en Provence s’est vendu à des millions d’exemplaires.
  • Précis d’océanologie
  • le Dictionnaire des termes publicitaires
  • extrait du Manuel de la politique administrative
  • le Capriccio italien de Tchaïkovski
  • Elle rêve de jouer dans Andromaque de Racine.
  • La danse de Matisse est exposée à l’Ermitage.
  • Le penseur de Rodin a été coulé d’une seule pièce.
  • Fritz Lang a tourné Metropolis en 1926.
  • C’était Lili Marlene, une vieille chanson qu’il aimait beaucoup (J. Poulin).
  • L’émission Le temps d’une paix a battu tous les records d’audience.
  • le Larousse multimédia encyclopédique
  • le logiciel CorelDRAW

Il en va de même des titres de journaux, de périodiques et de publications semblables :

  • le journal La Presse
  • le New York Times
  • L’actualité
  • L’Express
  • la revue Commerce
  • un numéro spécial de Science et Vie
  • l’hebdomadaire allemand Der Spiegel
  • le New England Journal of Medicine
  • la Gazette du Canada
  • La Gazette officielle du Québec

On observe dans ces exemples que seuls les mots faisant partie du titre exact sont en italique.

Très souvent, on mentionne une partie d’une publication ou une partie d’une œuvre conjointement avec le titre de la publication ou de l’œuvre d’où elle est tirée. Il est usuel de mettre le titre de la partie entre guillemets et le titre principal en italique :

  • « Le Vaisseau d’Or » est tiré des Poésies complètes de Nelligan.
  • « La chute de la maison Usher » figure dans les Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe.
  • Ci-joint une photocopie du chapitre intitulé « L’emploi et le chômage » dans Le nouvel État industriel de J. K. Galbraith.
  • Il faut lire dans la revue Pour la Science l’article « Informatique et liberté ».
  • Le « Libera me » du Requiem de Fauré est sublime.

Dans une étude qui ferait mention de nombreux articles ou parties d’œuvres, il pourrait être plus commode de mettre tous les titres en italique. De même, si l’on cite seulement une partie d’une œuvre sans mentionner l’œuvre, on peut employer l’italique :

  • Nelligan est l’auteur du Vaisseau d’Or.

Le nom des livres sacrés s’écrit en caractères ordinaires :

  • la Bible
  • l’Évangile selon saint Luc
  • la Tora
  • le Coran
  • La Genèse est le premier livre de l’Ancien Testament.

Quant aux noms de prières, l’usage est variable. Ils s’écrivent parfois en italique, parfois en romain :

  • En disant le chapelet, ils récitent le Je crois en Dieu, des Notre Père et des Je vous salue Marie.
  • Réciter trois Pater et deux Ave.
Remarques
  1. On peut choisir d’employer les guillemets au lieu de l’italique pour les livres, les œuvres d’art, les films, les disques, etc. (voir 7.3.2 Livres, journaux, revues et oeuvres d’art). Dans l’usage, toutefois, l’italique tend nettement à l’emporter.
  2. Il est courant qu’un journal ou un périodique utilise les petites capitales au lieu de l’italique pour citer son propre nom à l’intérieur de ses pages.

5.2.2 Lois

Dans l’administration fédérale, le titre des lois s’écrit en italique. Cette convention s’applique aussi aux textes d’application des lois, comme les règlements, les ordonnances et les décrets :

  • la Loi de l’impôt sur le revenu
  • Ce rapport a été réalisé en vertu de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique.
  • Le Décret sur les pommes de terre fraîches de l’Ontario a été pris en 1987.
  • Le Règlement sur l’équipement de sauvetage vient d’être modifié.

Normalement, si l’on ne cite pas le titre exact d’un texte de loi, on doit revenir au caractère ordinaire. Mais quand le mot loi ou règlement est employé elliptiquement, qu’il est précédé d’un article défini et qu’il n’y a aucune ambiguïté possible, on maintient l’italique. Dans les autres cas, le mot s’écrit en romain :

  • En cas de conflit entre le contenu de la présente brochure et les dispositions de la Loi sur les langues officielles, c’est la Loi qui prévaut.
  • Cette loi a été adoptée en 1969.
  • La nouvelle loi désigne un certain nombre de régions bilingues.

On emploie le romain dans le cas des projets de loi désignés par un numéro :

  • le projet de loi C-24

À l’intérieur même d’un texte de loi, il est d’usage de mettre en italique les noms des accords, ententes ou traités internationaux. En dehors des textes de loi, le titre de ces documents s’écrit habituellement en romain :

  • l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce
  • L’ONU a adopté la Convention relative au statut des réfugiés en 1951.

5.2.3 Véhicules

Le nom donné en propre à un bateau, à un train, à un avion, à un engin spatial, etc., peut s’écrire entre guillemets (voir 7.3.3 Véhicules), mais dans l’usage l’italique est beaucoup plus courant :

  • la Grande Hermine
  • le Titanic
  • le Queen Elizabeth
  • le voilier V’là l’bon Vent!
  • la sonde Voyager 2
  • la station orbitale Mir
  • le télescope Hubble
  • Lindbergh a traversé l’Atlantique à bord du Spirit of Saint Louis.
  • Quand il a contourné le cap, le Colbert était magnifique (Jean O’Neil).
  • Les Alliés reçurent la capitulation du Japon le 2 septembre 1945 sur le cuirassé Missouri (Grand dictionnaire encyclopédique Larousse).
  • Le Porte-Saint-Jean est un navire des Forces canadiennes.

Il convient d’observer que l’abréviation « NCSM » (Navire canadien de Sa Majesté) reste en romain :

  • le NCSM Porte-Saint-Jean

Il s’agit dans tous ces cas du nom de baptême donné à un seul et unique véhicule. Le nom propre attribué à une marque, à un modèle ou à un type de fabrication reste, lui, en caractères ordinaires :

  • une Toyota
  • la Ford Tempo
  • un Boeing 747
  • un missile Pershing-2
  • Le Concorde est un avion supersonique.

5.2.4 Établissements et événements

On compose en caractères ordinaires les noms d’enseignes, de propriétés et d’établissements commerciaux tels que les boutiques, les cafés, les hôtels, les magasins, les restaurants :

  • Boutique Chanteclerc
  • Quincaillerie Trudel
  • le restaurant Les Trois Frères
  • le Café de la Paix
  • la villa Belle Garde

Il est toutefois préférable de recourir à l’italique dans les cas où le romain créerait une ambiguïté. Par exemple, si une réunion doit se tenir au café Chez Jean-Pierre, on écrira, lorsqu’on fait l’ellipse du mot « café » :

  • La réunion se tiendra chez Jean-Pierre.

De façon générale, on laisse en romain les raisons sociales ainsi que les noms d’entreprises, d’organismes, de bâtiments :

  • les Éditions Duculot
  • la Banque Royale du Canada
  • les Productions Annie-Saulnier
  • la Corporation professionnelle des médecins du Québec
  • la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme
  • Triathlon Canada
  • le ministère de la Justice
  • l’aréna Maurice-Richard
  • le Théâtre du Nouveau Monde
  • le Musée des beaux-arts

La même règle s’applique aux noms de groupes, de conférences, d’orchestres, de troupes de danseurs, de compagnies de théâtre, aux manifestations culturelles, commerciales et sportives, aux prix et distinctions :

  • la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement
  • le Salon de l’automobile
  • le Festival des films du monde
  • le Tour de France
  • les XVes Jeux olympiques d’hiver
  • le prix Goncourt
  • le Quatuor Morency

5.2.5 Produits commerciaux et opérations techniques

Le nom des produits commerciaux s’écrit en caractères ordinaires :

  • un Coca-Cola
  • des bottes Sorel
  • une bouteille de Hertel

D’autre part, l’appellation de certaines créations de luxe telles que les parfums et les vêtements haute couture s’écrit parfois entre guillemets, mais habituellement en italique :

  • un flacon de Neiges
  • la robe Soir de Bal

On compose aussi en italique les noms dont l’administration civile, policière ou militaire désigne certaines de ses grandes entreprises :

  • l’expédition Antarctica
  • l’opération Carcajou
  • l’opération Tempête du désert