Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada
Rechercher dans TERMIUM Plus®

5.3.4 Langues étrangères

Les mots empruntés aux langues étrangères et non adoptés par l’usage se mettent en général en italique :

  • Le centre de ces vastes domaines sucriers est la casa grande.
  • Les junior colleges complètent la formation générale.

Les mots étrangers qui sont entrés dans l’usage français n’ont toutefois plus besoin de l’italique :

  • l’apartheid
  • la common law
  • la dolce vita
  • un kibboutz
  • un méchoui
  • la perestroïka

Comme dans le cas du latin, il n’est pas toujours facile de savoir si un mot étranger est accrédité par l’usage. Le fait qu’un mot soit l’objet d’une entrée dans un dictionnaire courant nous fournit déjà un bon indice. C’est aussi une question de jugement; il faut tenir compte du contexte et du destinataire. Si on pense qu’un mot étranger est peu connu du lecteur, on le mettra en italique.

Les noms étrangers d’organismes, d’entreprises, d’institutions, d’établissements, de bâtiments, de groupes, de manifestations artistiques ou sportives, de compagnies de théâtre, de troupes de danseurs, d’orchestres, sont toujours en caractères ordinaires :

  • la General Motors
  • la Food and Drug Administration
  • la Library of Congress
  • le Foreign Office
  • le Massachusetts Institute of Technology
  • l’Academy of St. Martin-in-the-Fields
  • le Bundestag et le Bundesrat
  • la Vasaloppet
  • l’Istituto per la Ricostruzione Industriale

On emploie l’italique pour les citations en langue étrangère, qu’elles soient accompagnées ou non de leur traduction. La traduction, elle, se met entre guillemets dans le caractère du texte principal, c’est-à-dire en romain la plupart du temps :

  • Forcé de faire amende honorable, Galilée s’exclama : « Eppur, si muove! »
  • « Have more than thou showest
    Speak less than thou knowest…
     »
    (« Aie plus que tu ne montres,
    Dis moins que tu ne sais… »)
Remarque

Certains auteurs préfèrent mettre tout mot étranger entre guillemets, mais c’est un procédé beaucoup moins courant que l’italique (voir 7.3.7 Langues étrangères).