Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®

1.2.2 Règles d’écriture

On constate une certaine confusion dans la graphie des sigles en ce qui concerne les points abréviatifs, les majuscules et les accents. Par souci de simplification, nous recommandons :

La suppression des points abréviatifs

  • OTAN
    plutôt que
    O.T.A.N.

L’emploi exclusif des majuscules

  • UNESCO
    plutôt que
    Unesco

La non-accentuation

  • CEE
    plutôt que
    CÉE

Noter les prononciations suivantes :

  • ALENA
    se prononce « aléna »
  • REER
    se prononce « rèr »
  • REA
    se prononce « réa »
Remarque

Cette recommandation ne vise pas les sigles qui sont devenus des noms communs, tels que cégep, laser, ovni, radar, sida, etc. Ceux-ci se plient aux règles de l’accentuation française et peuvent servir à former des mots nouveaux : p. ex. cégépien, sidéen.

1.2.4 Nombre

Les sigles, d’origine française ou étrangère, restent invariables tant qu’ils ne sont pas clairement lexicalisés :

  • On ne parle plus guère des ICBM (intercontinental ballistic missiles).
  • Les ASBL sont des associations sans but lucratif.

Les sigles lexicalisés prennent un s au pluriel :

  • les cégeps
  • les lasers
  • les radars

3.3.36 Maisons d’enseignement

La question de la majuscule à l’initiale des noms de maisons d’enseignement, de centres de recherche et de sociétés savantes est loin de faire l’unanimité, et les règles énoncées par la plupart des linguistes ne sont pas toujours d’application facile. Par ailleurs, chacun des établissements a droit à son identité propre, et la majuscule a précisément pour fonction de distinguer le nom propre du nom commun. On est donc fondé à mettre la majuscule, dans tous les cas, au terme générique qui commence le nom d’une maison d’enseignement, d’un centre de recherche ou d’une société savante :

  • l’Académie française
  • l’Académie des lettres du Québec
  • le Cégep du Vieux-Montréal
  • le Collège militaire royal de Kingston
  • le Collège Saint-Joseph
  • le Conservatoire de musique de Hull
  • l’École secondaire André-Laurendeau
  • l’École nationale d’administration publique
  • l’École des hautes études commerciales
  • l’École polytechnique
  • l’École supérieure des arts et métiers
  • l’École de ski ISS
  • l’École de musique Vincent-d’Indy
  • la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa
  • l’Institut de formation de Transports Canada
  • l’Institut Armand-Frappier
  • la Polyvalente Donnacona
  • la Société royale du Canada
  • l’Université Laval
  • l’Université de Montréal
  • l’Université de Princeton

S’il y a lieu d’abréger le nom en indiquant seulement le spécifique, on met la majuscule au premier substantif et à l’adjectif qui le précède, ou encore à l’adjectif employé seul :

  • les Hautes Études commerciales
  • un diplômé de Polytechnique

Lorsque le spécifique est formé de substantifs coordonnés, la majuscule se met à chacun de ces éléments :

  • Elle s’est inscrite à Arts et Métiers.

On met cependant la minuscule au générique (cégep, collège, école, institut, conservatoireetc.) lorsqu’il est employé comme nom commun :

  • les cégeps du Vieux-Montréal et du Bois-de-Boulogne (pluriel)
  • l’école primaire de Saint-Marc-des-Carrières et celle de Pont-Rouge (reprise par un pronom)
  • Elle s’est inscrite à une académie de danse située non loin de chez elle (article indéfini).
  • J’ai laissé mes gants dans ma case, à l’université (immeuble).
  • Il n’a jamais eu les moyens de fréquenter l’université (niveau d’études).
  • Nous nous sommes donné rendez-vous devant le collège (immeuble).