Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

 
Recherche

5.1 Italique et ponctuation

On met en italique toute la ponctuation qui fait partie intégrante d’un passage écrit en italique :

  • Archimède s’écria : Eurêka!
  • Étiemble a publié son pamphlet Parlez-vous franglais? en 1964.

Dans la phrase suivante, le point d’interrogation ne fait pas partie du passage en italique :

  • Comprenez-vous bien le sens du proverbe pierre qui roule n’amasse pas mousse?

On met aussi en italique les signes typographiques et les chiffres qui appartiennent au passage, mais non les chiffres et les lettres utilisés comme appels de note :

  • Le texte anglais parle de stress fracture1.

Les parenthèses se composent de préférence dans le même caractère que la phrase principale plutôt que dans le caractère des mots qu’elles enserrent :

  • La crassula (Crassula argentea) possède des feuilles charnues.
  • La crassula (Crassula argentea) possède des feuilles charnues.

Par un caprice de l’usage, c’est l’inverse pour les guillemets, qui sont en général composés dans le même caractère que les mots qu’ils encadrent :

  • Elle a employé le mot latin « sic ».

Les crochets se comportent différemment. Le plus souvent, ils sont imprimés en romain, que le texte principal soit en romain ou en italique :

  • Le témoin a déclaré qu’il était libre de déterminer [ses] heures de travail.

6.11.1 Comme appel de note

Placé après le mot, l’astérisque indique un renvoi. Il est rappelé en bas de page et suivi du texte de la note. L’astérisque ne peut signaler plus de trois renvois par page. Un astérisque simple signale la première note; deux astérisques, la deuxième; trois astérisques, la troisième (*, **, ***).

7.2.10 Référence des citations

On fournit presque toujours au lecteur la référence, partielle ou complète, des textes que l’on cite. Cette information peut être donnée de diverses manières.

a) Entre parenthèses

Quand on veut indiquer la référence d’une citation entre parenthèses, on insère habituellement la parenthèse entre le guillemet fermant et le point final :

  • « Entre deux mots, il faut choisir le moindre » (P. Valéry).
  • « Le coeur se trompe comme l’esprit; ses erreurs ne sont pas moins funestes et l’on a plus de mal à s’en défaire à cause de la douceur qui s’y mêle » (A. France, Le petit Pierre).
  • « De plus, l’augmentation de la masse d’information à traiter accroît la surcharge des travailleurs » (p. 46).

Chaque fois que l’on ne peut pas, pour une raison quelconque, détacher le signe de ponctuation final de la citation, on doit ajouter un point final à l’intérieur de la parenthèse. C’est le cas, en particulier, lorsqu’on cite une phrase exclamative ou interrogative :

  • « Les peuples ne veulent pas que les dieux reviennent parce qu’ils en ont peur! » (Michel Tremblay.)
  • « Longtemps j’ai voyagé sans boussole. Mais aussi, pour la traversée de la vie, que vaut une boussole? » (Gabrielle Roy, La détresse et l’enchantement.)
Remarque

Des auteurs préfèrent que les citations conservent toujours leur ponctuation finale. Ils mettent donc toujours un point final à la fin d’une référence donnée entre parenthèses :

  • « Entre deux mots, il faut choisir le moindre. » (P. Valéry.)

b) Sur une ligne séparée

On donne sur une ligne séparée la référence d’une phrase qui est mise en exergue en tête d’un texte. Le nom de l’auteur est souvent imprimé en petites capitales, parfois en italique, sans parenthèses ni point final :

  • « L’homme est né libre et partout il est dans les fers. »
                                                      J.-J. Rousseau
  • « Malheur à ceux qui se contentent de peu. »
                                                      Henri Michaux

Quand le nom de l’auteur est suivi du titre de l’ouvrage, il est courant, mais non obligatoire, de mettre un point final à la fin de la référence, que la citation soit entre guillemets ou en italique :

  • « Qui vit content de rien possède toute chose. »
                                                      Boileau, Épîtres, V.
  • Qui vit content de rien possède toute chose.
                                                      Boileau, Épîtres, V.

On peut faire de même pour donner la référence d’une citation détachée du texte :

  • La Bruyère s’est souvent ingénié à renouveler de vieilles vérités, en les condensant en une brièveté remarquable :

Entre toutes les différentes expressions qui peuvent rendre une seule de nos pensées, il n’y en a qu’une qui soit la bonne. On ne la rencontre pas toujours en parlant ou en écrivant…
                                                                      Les caractères, 17.

Les trouvailles d’expression sont nombreuses dans ses maximes, même lorsqu’il reste abstrait.

c) Dans une note

Quand on préfère donner la référence dans une note, on doit insérer à la fin de la citation un appel de note. L’appel de note est un chiffre, une lettre ou un signe conventionnel tel que l’astérisque, que l’on place soit au-dessus de la ligne en exposant, soit sur la ligne entre parenthèses. Il apparaît juste après le dernier mot de la citation :

  • « Qui vit content de rien possède toute chose1. »
  • « Combien de temps, ont-ils demandé, avons-nous pour réaliser le projet2? »
  • Mieux vaut clore la discussion3...
  • « De plus, l’augmentation de la masse d’information à traiter accroît la charge des travailleurs (1). »
  • Dans Les caractères, La Bruyère s’est souvent ingénié à renouveler de vieilles vérités :

Entre toutes les différentes expressions qui peuvent rendre une seule de nos pensées, il n’y en a qu’une qui soit la bonne. On ne la rencontre pas toujours en parlant ou en écrivant : il est vrai néanmoins qu’elle existe, que tout ce qui ne l’est point est faible, et ne satisfait point un homme d’esprit qui veut se faire entendre1.

Si la citation apparaît à l’intérieur de la phrase, on place aussi l’appel de note juste après le dernier mot de la citation :

  • Comme l’écrivait Voltaire, « le pays où le commerce est le plus libre sera toujours le plus riche et le plus florissant1 ».
  • Le client leur a demandé de réparer les dégâts « au plus tard à la fin du mois2 », sinon il réclamerait des dommages-intérêts.

Si la note ne concerne qu’un terme, l’appel de note se place immédiatement après ce terme :

  • Dans l’original, on emploie le terme anglais « shin splint5 ».

L’appel de note peut bien sûr être employé à la fin d’un discours indirect, où l’original est paraphrasé plutôt que cité. Il sert aussi à annoncer, à l’intérieur ou à la fin d’une phrase, un commentaire quelconque. La note elle-même peut se trouver en bas de page, en fin de chapitre ou en fin de document (voir aussi 12.2.1 Numérotation des notes en bas de page, et suivants).

Remarques
  1. Si une même source est citée plus d’une fois en quelques pages, on peut utiliser le mot latin ibid. [voir 12.2.3c) Abréviation des références] dans la référence au lieu de répéter chaque fois le titre au long, mais à condition qu’il n’y ait aucune confusion possible avec une autre source citée dans le texte :

    • « De plus, l’augmentation de la masse d’information à traiter accroît la surcharge des travailleurs » (Rapport sur la réduction des effectifs, p. 46).
    • « Le mal est tel qu’il a suscité l’apparition d’un nouveau terme : de plus en plus on parle du “syndrome du survivant” pour désigner ce mal qui affecte ceux qui ont “survécu” aux suppressions de postes » (Ibid., p. 54).

  2. On ne reproduit pas l’appel de note qui figure dans un passage que l’on cite.

12.2.1 Numérotation des notes en bas de page

L’information bibliographique sur un document est très souvent donnée dans une note qui indique, par exemple, la source d’une citation ou un ouvrage complémentaire que le lecteur aurait intérêt à consulter. Ces notes se mettent idéalement en bas de page, procédé courant, mais il est parfois commode de les rassembler en fin de chapitre ou en fin de document.

Lorsque les notes sont placées en bas de page ou en fin de chapitre, la numérotation peut recommencer à 1 à chaque page ou à chaque chapitre. Si elles sont placées en fin de document, elles sont généralement numérotées de façon consécutive du début à la fin.

Pour renvoyer le lecteur à la note, on emploie un appel de note, qui est le plus souvent un chiffre, que l’on place un peu au-dessus de la ligne ou entre parenthèses [voir 7.2.10c) Référence des citations]. Le même chiffre est repris devant la note.