Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®

6.1.15 Adverbes et charnières

Quand il est placé en tête de phrase, un groupe de mots jouant le rôle d’un adverbe est en principe suivi d’une virgule :

  • Très consciencieusement, chacun s’acquitte de ses nouvelles fonctions.
  • À première vue, la nouvelle directrice semble bien sympathique.

Quand l’adverbe figurant en début de phrase est un mot isolé, court ou long, il n’y a pas de règle absolue. En principe, on indique la virgule si la phrase est d’une certaine longueur ou si l’on désire créer un effet d’insistance. On l’omet si la phrase est courte, si elle est déjà abondamment ponctuée, ou si l’on veut accélérer le mouvement :

  • Malheureusement, nous ne pourrons pas vous accorder une subvention dans le cadre du Programme d’aide aux petites entreprises.
    Malheureusement notre demande est restée sans réponse.
  • Évidemment, le technicien n’a pas encore eu le temps de réparer mon ordinateur.
    Le technicien est-il venu? Évidemment non.

On notera que la virgule suit généralement les mots et locutions, comme bref, cependant, certes, donc, en effet, en outre, néanmoins, par ailleurs, toutefois, qui établissent un lien avec ce qui précède et qui contribuent ainsi à la clarté du message. En isolant ces mots charnières, la virgule se trouve à les renforcer et à souligner encore plus rigoureusement l’articulation des idées :

  • Il a été successivement journaliste, animateur de radio et professeur d’art oratoire. Bref, c’est un communicateur-né.

Quand ces mots figurent dans le corps de la phrase, on les encadre de virgules si on veut les mettre en vedette ou si la phrase est longue; on supprime les virgules quand la phrase est courte ou déjà abondamment ponctuée :

  • On vient de m’offrir un emploi très intéressant; les conditions de travail, cependant, me paraissent inacceptables.
  • Je n’ai cependant aucun goût pour ce genre de travail.

6.1.16 Certes, donc, or, jamais, c’est pourquoi

a) Certes

Certes est régulièrement précédé de la virgule lorsqu’il figure à la fin de la phrase :

  • Elle a beaucoup d’années d’expérience à son actif, certes.

Il est suivi d’une virgule en début de phrase lorsqu’il joue le rôle d’une charnière (voir 6.1.15 Adverbes et charnières). Dans le corps de la phrase, il est encadré ou non de virgules, selon la longueur de la phrase :

  • C’est un homme solide et très courageux, certes, mais je doute qu’il puisse surmonter cette nouvelle épreuve.
  • Elle est certes intelligente.

b) Donc

Lorsque donc est employé en tête de proposition, mais à l’intérieur de la phrase, il est précédé d’une virgule ou d’un point-virgule :

  • Il arrive, donc je pars.
  • Je m’en charge; donc, plus de problème.

À noter que c’est pour éviter une accumulation de signes de ponctuation que l’on ne place pas une deuxième virgule après donc dans le premier exemple. Mais, comme mot charnière, il est en général suivi d’une virgule (voir 6.1.15 Adverbes et charnières) :

  • C’est un sujet qu’il a étudié pendant des années. Donc, il sait de quoi il parle.

Donc n’est accompagné d’aucune virgule lorsqu’il sert, à l’intérieur ou à la fin de la phrase, à exprimer l’ironie, la surprise, ou à renforcer une interrogation ou une assertion :

  • Que lui avait-il donc fait ce jour-là?
  • Je le ferai donc.

c) Or

On peut placer une virgule après or si l’on désire appuyer sur la conjonction ou si cette dernière est à la tête d’une phrase assez longue. La virgule se trouve alors à reproduire la pause qui serait, dans pareil cas, observée à l’oral :

  • Or, la directrice ne pouvait pas avoir lu le rapport, puisqu’elle en ignorait l’existence.

Placé au début d’une phrase courte, or peut s’employer sans virgule :

  • Or il se trouve que j’ai raison.

d) Jamais et c’est pourquoi

Si, dans l’usage, la virgule tend à suivre certains adverbes placés en début de phrase, comme les mots bref et certes, elle est remarquablement absente après certains autres. Ainsi, jamais, en tête de phrase, n’est suivi de la virgule que lorsqu’il précède une proposition intercalée :

  • Jamais un chien n’est mécontent de voir son maître.
  • Jamais, a-t-elle dit à son frère, elle ne retournerait àl’école.

Il en va de même pour l’expression c’est pourquoi placée en tête de phrase :

  • C’est pourquoi elle consacre beaucoup de temps à sa famille.
  • C’est pourquoi, s’il le pouvait, il reviendrait sur sa décision.

6.1.17 Adverbe en début de phrase

Les adverbes de liaison ainsi, à peine, aussi, du moins, encore, en vain, peut-être, à plus forte raison, sans doute, etc., ne sont pas suivis de la virgule lorsque le sujet est inversé :

  • Faites vos recherches. Ainsi serez-vous assuré de ne pas vous tromper.
  • On m’apprend que Pierre Levasseur n’a pas pu assister à la réunion. Peut-être a-t-il eu un empêchement.
  • Nous n’avons malheureusement jamais reçu votre lettre. Sans doute s’est-elle égarée.

Dans les cas où ces adverbes ne sont pas suivis d’une inversion, la virgule fait ressortir l’enchaînement des idées et contribue à la clarté de l’expression, tandis que son absence a pour effet d’accélérer le débit, le mouvement de la phrase. La virgule a donc plus souvent tendance à intervenir dans les phrases longues que dans les phrases courtes (voir aussi 6.1.14 Complément circonstanciel et 6.1.15 Adverbes et charnières) :

  • Le consultant n’a pu respecter l’échéance fixée. Ainsi, nous avons dû négocier un nouveau contrat.
  • Ainsi tu pars déjà?

Qu’il y ait ou non inversion du sujet, ainsi n’est pas suivi de la virgule lorsqu’il est employé avec le sens de « de cette façon » :

  • Ainsi parlait Zarathoustra

6.1.18 Adverbe en fin de phrase

Il convient de noter que l’adverbe peut être précédé d’une virgule lorsqu’il est rejeté en fin de phrase. On obtient alors un effet de mise en relief semblable à celui que produiraient les points de suspension :

  • Il a refusé, évidemment.

Le sens de la phrase peut changer du tout au tout selon qu’il y a ou non une virgule devant certains adverbes. Si on écrit :

  • Jérôme est mort naturellement.

c’est-à-dire d’une mort naturelle, on dit tout autre chose que si on écrit :

  • Jérôme est mort, naturellement.

qui veut dire que personne n’est surpris d’apprendre la mort de Jérôme.