Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

 
Recherche

6.10.5 Dans les dictionnaires

Dans les index, les dictionnaires, les lexiques, etc., le tiret sert à remplacer un mot vedette. Cette fonction est aussi parfois remplie par le tilde (~). À noter que, dans les lexiques et les dictionnaires, le tiret marque la répétition autant dans l’usage canadien que dans l’usage français (voir aussi 6.8.1 Contenu des parenthèses) :

  • Augmentation (verbes exprimant une — )

11.2.1 Orthographe

L’orthographe des noms géographiques varie parfois d’un ouvrage à l’autre. Par exemple, le nom du Koweït s’écrit selon différents dictionnaires et encyclopédies Koweït, Koweit, Kuwait ou Kuweit. Pour la capitale de la Somalie, on relève les variantes Mogadiscio, Mogadishu, Muqdisho. Si l’on veut faire un choix éclairé, il faut s’appuyer sur certains principes :

Employer une forme courante. Il faut éviter les graphies parfaitement françaises mais qui sont inexistantes ou qui n’ont plus cours. Ainsi on doit écrire :

  • Canterbury et non Cantorbéry
  • Detroit et non Détroit
  • Istanbul et non Istanboul
  • Johannesburg et non Johannesbourg
  • New Delhi et non Nouvelle-Delhi

Lorsque l’usage est hésitant, on doit néanmoins choisir la forme la plus française possible. Par exemple, Koweït est préférable à Kuwait. De même, on évitera d’écrire Muqdisho au lieu de Mogadiscio.

Tenir compte de l’évolution de l’usage. L’usage anglais finit par s’imposer dans certains cas. Djakarta s’écrit souvent Jakarta; Hanoï est devenu Hanoi. De même, des pays changent de nom, par exemple :

  • la Biélorussie devenue le Bélarus
  • la Birmanie devenue le Myanmar
  • la Kirghizie devenue le Kirghizistan
  • la Moldavie devenue la Moldova
  • la Turkménie devenue le Turkménistan

Les nouvelles appellations ont préséance même si elles ne sont pas toujours entrées dans l’usage courant. On entend encore parler de la Birmanie, mais il ne s’agit plus du nom officiel de ce pays.

Éviter les graphies trop savantes. En français, on peut soit conserver, soit omettre les signes diacritiques des langues étrangères, tels que les accents graves, les accents aigus, les trémas, les tildes, les barres, etc. Ces signes servent ou bien à marquer l’accent tonique, surtout dans les langues latines :

  • Città del Castello
  • León
  • Málaga

ou bien à modifier la prononciation d’une lettre :

  • São Paulo
  • Düsseldorf
  • Hjørring

Certaines de ces graphies sont couramment employées. Aujourd’hui, le français, comme les autres langues, tend toutefois à normaliser l’orthographe des mots qu’il emprunte aux langues étrangères. Aussi est-il préférable en général d’éviter certaines graphies qui visent à refléter la prononciation exacte du nom dans la langue d’origine, comme :

  • Arabie sa’udite
  • Xi’an

Il est important de ne pas ajouter de signes de son propre chef : à moins que le rédacteur ait une connaissance parfaite de la langue en question, ce genre d’exercice peut s’avérer périlleux.