Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®

6.11 L’astérisque

L’astérisque est un signe typographique en forme d’étoile. À noter que le mot astérisque est du genre masculin.

6.11.1 Comme appel de note

Placé après le mot, l’astérisque indique un renvoi. Il est rappelé en bas de page et suivi du texte de la note. L’astérisque ne peut signaler plus de trois renvois par page. Un astérisque simple signale la première note; deux astérisques, la deuxième; trois astérisques, la troisième (*, **, ***).

6.11.2 Signe de substitution

L’astérisque peut remplacer un nom propre, suivre les lettres X, Y, Z, N, ou l’initiale du nom que l’on ne veut pas révéler. Dans cet emploi, l’astérisque est le plus souvent triple :

  • Monsieur *** m’a annoncé la nouvelle.
  • Je l’ai appris de X***.

Les points de suspension, toutefois, sont beaucoup plus fréquents aujourd’hui que l’astérisque dans cet emploi (voir 6.7.2 Signe de substitution).

6.11.3 En linguistique

L’astérisque précède les mots dont la forme est hypothétique dans les dictionnaires, les ouvrages philologiques ou étymologiques :

  • guetter (du francique *wahtôn)

Les mots qui commencent par un h aspiré sont signalés par un astérisque dans certains dictionnaires :

  • *hardi (chez Larousse)

L’astérisque s’emploie également dans les dictionnaires pour renvoyer à une entrée. Il est dans ce cas placé après le mot.

6.11.4 Dans la mise en pages

Employé seul ou en triangle, l’astérisque peut marquer une coupure importante entre deux paragraphes.

6.11.5 Signe polyvalent

L’astérisque peut par convention se voir attribuer diverses valeurs : dans un ouvrage de langue, il peut signaler une forme fautive; dans un lexique, une forme uniformisée ou normalisée. Dans tous les cas, il importe d’indiquer clairement, au début de l’ouvrage ou de l’article, la signification qu’il convient de donner à l’astérisque.