Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®

Traduire le monde : Les noms d’universités

André Racicot
(L’Actualité terminologique, volume 34, numéro 3, 2001, page 30)

Les codes de typographie énoncent des règles pour le moins byzantines quant à l’emploi de la majuscule pour les noms d’universités. On assiste à cet étourdissant jeu de bascule entre la majuscule et la minuscule selon que l’élément déterminatif est un adjectif, un nom propre ou un nom commun. Certains ouvrages sont même prêts à concéder la majuscule initiale si l’institution a un caractère distinctif… Au risque d’être recalé par certains grammairiens, il me semble bien que les universités possèdent justement cette caractéristique…

Le langagier constatera avec joie que ces règles n’ont pas été retenues par le Guide du rédacteur du Bureau de la traduction. Ni par l’usage d’ailleurs, où l’Université de Paris côtoie l’Université de Grenade et l’Université de Helsinki. En fait, l’usage nous permet de constater deux choses : 1) le générique université s’écrit avec la majuscule initiale; 2) les noms d’universités se traduisent. En effet, l’idée ne viendrait à personne de dire l’Universidad de Granada, alors que la page Web en français de cette institution parle bel et bien de l’Université de Grenade… Et que penser de la Helsingin Yliopisto? L’écrire dans un texte serait vraiment jouer au fin Finnois avec ses lecteurs…

Donc les noms d’universités se traduisent quand ils sont formés avec un générique et un nom de lieu. Mais les chemins de la connaissance sont parsemés d’embûches… Qu’en est-il des appellations plus compliquées? L’Institut de technologie du Massachusetts, vous connaissez? Et l’École des sciences économiques de Londres? Ces traductions ne sont pas mauvaises en soi, mais force est de constater que l’usage ne les a pas retenues. Le MIT et la London School of Economics sont connus partout dans le monde sous leur appellation anglaise. Le langagier doit respecter cet usage.

On entend souvent l’Université Oxford. Cette tournure semble parfaitement correcte. Pourtant, le langagier qui voudrait la glisser dans sa copie aurait intérêt à refaire ses devoirs, comme on dit… Car le nom d’une institution suivi d’un toponyme s’énonce avec la préposition de pour marquer le lien d’appartenance. Il s’agit en l’occurrence de l’université de la ville d’Oxford. On comparera cet exemple avec l’Université Harvard, sans préposition cette fois, car Harvard n’est pas une ville, mais le nom du fondateur de l’auguste institution américaine. Par conséquent on dira : l’Université d’Oxford, mais l’Université Harvard. Autres cas semblables : l’Université Stanford et l’Université de Princeton, ville où mourut un certain Albert Einstein…