Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®

apposition

Les ouvrages ne s’entendent pas tous sur le sens du mot apposition.

L’apposition est une construction détachée composée d’un nom ou d’un groupe de mots, apposé à un nom ou un pronom. L’apposition explique, qualifie ou précise le nom ou au pronom auquel elle se rapporte. Elle peut être supprimée sans changer le sens de la phrase. Elle est souvent introduite par une virgule ou encadrée de virgules. L’apposition peut être placée avant ou après le nom lui-même.

L’apposition peut se présenter sans article, mais se construit aussi, suivant le contexte, avec l’article défini ou l’article indéfini.

Article défini (le, la, les)

On emploie l’article défini pour souligner la notoriété :

  • C’est Air Canada, le grand transporteur national, qui assurera la liaison.

Article indéfini (un, une, des)

On emploie l’article indéfini pour donner un relief particulier au nom en apposition. Dans l’exemple suivant, l’article sert à présenter la publication, à en souligner l’origine :

  • J’ai consulté Le guide du rédacteur, une publication du Bureau de la traduction.

C’est un procédé stylistique dont il ne faut toutefois pas abuser si l’on veut en préserver l’effet.

Enfin, l’article indéfini sert à marquer une forme d’insistance :

  • Nous allons maintenant vous parler de Lucie, une championne de la planche à voile.
  • Comment toi, un avocat, as-tu pu faire une bourde pareille!

Sans article

L’apposition s’emploie sans article pour indiquer une qualité, une profession ou une définition :

  • M. Michaud, traducteur
  • Le triangle isocèle, figure à deux côtés égaux

L’apposition sans article se rencontre :

  • sur les cartes professionnelles :
    • Me Sonia Lebel, procureure de la Couronne
  • après le titre d’un ouvrage :
    • La Peste, roman d’Albert Camus
  • après un pronom personnel :
    • Nous, Canadiens, …

Titre de fonction et nom de personne

L’apposition peut précéder ou suivre le nom :

  • le premier ministre du Québec, M. Philippe Couillard
  • Mme Mélanie Joly, ministre de Patrimoine canadien

Le titre de fonction peut aussi précéder le nom, sans virgule :

  • le prince William
  • le capitaine Marc Garneau
  • le philosophe Platon
  • le docteur Marcus Welby

Certains auteurs considèrent comme discourtois de citer des noms de personnalités en omettant monsieur ou madame ou en omettant le prénom, mais cet usage est très répandu :

  • le ministre Barrette
  • la juge en chef McLachlin
  • le maire Coderre
  • le sénateur Boisvenu
  • la première ministre Wynne
  • le président Obama

Il faut toutefois éviter les constructions du type le ministre Dion des Affaires étrangères, car le complément des Affaires étrangères ne détermine pas Dion, mais ministre. Il convient d’écrire :

  • le ministre des Affaires étrangères, (M.) Stéphane Dion