Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®

euphémisme

L’euphémisme est une figure de style utilisée pour atténuer une idée qui pourrait choquer ou blesser. On l’emploie généralement pour parler de sujets comme la mort, la maladie, la vieillesse et d’autres sujets tabous ou jugés immoraux.

Exemples

  • la grande faucheuse (plutôt que : la mort)
  • les personnes du troisième âge (plutôt que : les vieux)
  • une frappe chirurgicale (plutôt que : un bombardement)
  • des dommages collatéraux (plutôt que : des victimes civiles ou alliées ou des dommages causés aux installations pendant une opération militaire)
  • des tirs amis (plutôt que : des tirs ayant atteint ses propres troupes)
  • être intime, partager une nuit ou avoir des relations intimes avec quelqu’un (plutôt que : avoir des relations sexuelles)

Façons de créer un euphémisme

Voici différentes façons de créer un euphémisme :

  • Utiliser le contraire d’une idée dans une phrase négative. Le principe est d’en dire moins pour en laisser deviner beaucoup.
    • Il n’est pas très en santé. (plutôt que : Il est très malade.)
  • Évoquer une idée, y faire allusion, sans la nommer explicitement. On le fait entre autres pour ménager la susceptibilité d’une personne.
    • Depuis son accident, il est diminué. (plutôt que : il est handicapé)
  • Utiliser une expression contraire à l’idée recherchée. Ce procédé permet d’amplifier l’intention péjorative ou dépréciative de l’auteur.
    • Une femme honnête et très généreuse. (plutôt que : Une femme malhonnête et avare.)
  • Remplacer une idée par une comparaison ou une métaphore. On tente ainsi d’adoucir une réalité difficile ou de faire preuve de respect envers les proches de victimes de meurtre ou d’accident.
    • Son âme s’est envolée. (plutôt que : Il est mort.)
    • Elle est inconsolable depuis que sa fille s’est éteinte. (On voit souvent cette métaphore qui compare la vie à une flamme.)
  • Expliquer l’idée au lieu de la nommer. Ainsi utilisé, ce procédé permet d’atténuer une idée, mais aussi de créer une image.
    • Il fréquentait des femmes qui lui donnaient du bon temps en échange de quelques dollars. (plutôt que : Il fréquentait des prostituées.)
  • Utiliser l’acronyme d’une expression, elle-même déjà utilisée pour atténuer une idée.
    • Elle aura recours à une IVG. (mis pour interruption volontaire de grossesse, plutôt que avortement)

Raisons d’utiliser un euphémisme

Pourquoi hésiterait-on à appeler un chat un chat? C’est qu’il est parfois bien pratique de profiter de la face cachée de l’euphémisme. En effet, l’euphémisme cache une description juste et complète d’une réalité qu’on ne souhaite pas toujours exposer au lecteur.

On doit se rappeler que l’euphémisme a d’abord été utilisé en rhétorique, l’art de convaincre, et que pour convaincre, on modifie parfois légèrement la réalité pour ne pas déplaire. En journalisme et en politique, on utilise parfois l’euphémisme pour ne pas perdre l’appui du public dans des dossiers controversés.

Euphémisme administratif

Le langage administratif est une excellente source d’euphémismes, qui sont parfois utilisés au détriment de la clarté. On appelle ce mouvement le « politiquement correct » (de l’anglais politically correct).

On a avantage à ne pas en abuser.

  • technicien de surface (plutôt que : balayeur)
  • personne présentant une grande surcharge pondérale (plutôt que : personne obèse)
  • chercheur d’emploi (plutôt que : chômeur)
  • non-voyant (plutôt que : aveugle)