Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®

nom (mon nom est)

Au Canada, l’expression mon nom est... est encore considérée comme un calque de l’anglais My name is...

Toutefois, on ne peut plus condamner cette expression bien construite grammaticalement. Utilisée depuis longtemps par de nombreux écrivains, elle est même attestée dans certains ouvrages.

  • Quel est ton nom? - Mon nom est Gérard Girouard, GG pour les intimes.

Autres solutions possibles

On peut aussi préférer employer :

  • Je m’appelle [nom]
  • Je me nomme [nom]
  • Je suis [nom]

Exemples

  • Quel est le nom de votre fils? - Il s’appelle Éric.
  • Comment vous appelez-vous? - Je m’appelle Nathalie Fontaine.
  • Je me présente : je m’appelle Ginette Carrier et je suis infirmière depuis vingt ans.
  • Il se nomme Jules Leblanc.

Dans certains cas, on peut aussi employer :

  • porter le nom de
  • répondre au nom de
  • avoir pour nom

Au téléphone

Au téléphone, on peut dire :

  • [nom] à l’appareil
  • C’est [nom] qui parle
  • Ici [nom]
  • [nom], bonjour!

Exemples

  • Fanny Vadeboncoeur à l’appareil, comment puis-je vous aider?
  • Caroline Ladouceur, bonjour!
  • Bonjour. Ici Alain Laplante. Je suis courtier en assurances. Comment allez-vous?

Renseignements complémentaires

Voir l’article Mots de tête : « mon nom est » de Frèdelin Leroux fils dans L’Actualité langagière (repris dans les Chroniques de langue), vol. 7, no 4 (2010).