Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®
Pour commencer votre recherche, cliquez sur la première lettre du mot voulu dans l'alphabet ci-dessous.

Juridictionnaire

adultérant, ante / adultération / adultérer

Adultérer change l’é en è devant une syllabe muette, sauf au futur et au conditionnel : il a adultéré, il adultère, il adultérerait.

  1. En français juridique, adultérer se dit au sens propre et indique une altération coupable; il signifie altérer d’une manière contraire à la loi ou aux règlements, dénaturer ou frelater une substance, et s’emploie surtout comme participe passé et comme adjectif : « La vente des produits adultérés est interdite. »

    Cette adultération produit une substance dont on dit qu’elle est adultérée ou falsifiée. On parle de l’adultération ou de la falsification du lait, généralement par addition d’eau : on dit aussi le mouillage du lait. Adultérer des médicaments, des monnaies.

  2. [Adultérer] un acte, un texte, la langue, au sens d’en altérer l’authenticité, la forme ou le sens, est un archaïsme; dire falsifier un acte, altérer, corrompre la langue, déformer un texte, l’interpréter faussement.
  3. Le substantif adultérant renvoie à une substance étrangère ou nuisible à la santé. Le mot est entré dans l’usage et s’emploie en particulier dans le cas du tabac, au sens de substance ajoutée par le vendeur, à l’insu de l’acheteur, dans une matière marchande afin d’en diminuer le prix de revient et d’augmenter ainsi frauduleusement le bénéfice.

    Adultérant s’emploie également comme adjectif. Matière adultérante.