Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®
Pour commencer votre recherche, cliquez sur la première lettre du mot voulu dans l'alphabet ci-dessous.

Juridictionnaire

a priori

  1. S’écrit en deux mots et sans trait d’union (ses dérivés s’écrivent en un mot). Certains mettent l’accent grave sur le a parce qu’ils considèrent que cette expression est un emprunt francisé. « À mon avis, il serait inopportun et beaucoup trop restrictif d’exclure à priori certaines activités de la protection de l’alinéa 2b) de la Charte. ». Cet usage se répand aujourd’hui (voir A FORTIORI). Il vaut mieux ne pas mettre d’accent. Le terme a priori étant passé dans le langage courant, il reste en caractère romain. Il s’emploie comme locution adverbiale, comme locution adjectivale et comme substantif; dans ce dernier cas, il est invariable.
  2. A priori signifie littéralement en partant de ce qui est avant, au préalable, de la cause à l’effet. « Le juge doit éviter d’avoir des idées a priori sur toute question dont il est saisi. » Son antonyme est a posteriori. Couramment, il signifie au premier abord, avant toute expérience : « A priori, votre argumentation paraît intéressante. »

    Mayrand fait remarquer qu’a priori est plus radical que prima facie, qui suppose au moins un examen superficiel, tel que la lecture d’un document.

  3. Comme locution adverbiale, a priori se place soit en tête de phrase (« A priori, nous posons que(…) »), soit au milieu de la phrase (« Contrairement au cas des héritiers, il n’y a pas, quant aux légataires, d’égalité établie a priori, d’ordre légal de succession. »), soit à la fin de la phrase (« Il est impossible de ne pas partir de ce qui était auparavant, de ce qui est reçu a priori. »)

    Comme locution adjectivale, a priori qualifie des termes comme argument, conclusion, déduction, idée, raisonnement. « Le raisonnement a priori procède de la cause à l’effet. » « Tout se réduit donc à une question de fait à laquelle il paraît difficile de donner aucune solution a priori. »

    Comme substantif, a priori s’emploie au sens d’incertitudes, d’hypothèses : « Tout comme le juge, l’arbitre doit fonder son jugement sur autre chose que sur des a priori. » « Le tribunal ne peut se contenter d’a priori, il lui faut des certitudes. »

  • A PARI.
  • A SIMILI.