Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®
Pour commencer votre recherche, cliquez sur la première lettre du mot voulu dans l'alphabet ci-dessous.

Juridictionnaire

avérer

Le é se change en è devant une syllabe muette, sauf à l’indicatif futur et au conditionnel présent. Il s’avère, mais il s’avérerait.

Le participe passé s’accorde avec le sujet : « Les allégations du demandeur se sont avérées (ou révélées, sont apparues) inutiles. ».

  1. Le mot avérer, vieilli, s’emploie surtout aujourd’hui au participe passé; il signifie établi comme vrai, reconnu vrai. « Il est avéré (= évident, acquis) que le demandeur a fait preuve de diligence. » « Si l’assigné ne comparaît pas ou refuse de répondre après avoir comparu, il en sera dressé procès-verbal sommaire, et les faits pourront être tenus pour avérés. » Avérer s’emploie parfois comme adjectif : « C’est un criminel avéré » (= reconnu comme tel).
  2. S’avérer s’emploie au mode impersonnel et signifie être reconnu vrai, être confirmé : « Il s’est avéré que (= il est apparu comme certain que) le témoin s’était parjuré. » « Il s’avère que la signature est fausse. ».

    Suivi d’un attribut du sujet, il signifie se montrer vraiment, ou apparaître, se révéler : « La clause finale du contrat s’est avérée inapplicable. », et il est préférable de ne pas user de ce verbe avec les adjectifs vrai, certain, exact ou avec les adjectifs faux, erroné, non fondé pour ne pas créer de pléonasme, dans le premier cas, ou de contradiction, dans le second cas : « Les faits décrits [se sont avérés] vrais. », dire : « Les faits décrits se sont révélés exacts. » « L’assertion du témoin [s’est avérée] fausse. », dire « s’est révélée fausse. ».

  3. S’avérer employé sans attribut au sens de se manifester, apparaître fondé, est littéraire : « L’habileté de l’avocat s’est avérée (= s’est manifestée) au cours du procès. » « Son soupçon s’est avéré (= est apparu fondé). ».

    En outre, l’emploi de s’avérer suivi d’un nom est critiqué : « Le procès [s’est avéré] l’événement de l’année. », dire « est apparu comme »; de même est critiqué l’emploi de s’avérer suivi d’un infinitif : « Le juré [s’est avéré] faire partie d’une organisation criminelle. », dire, par exemple, « Le juré, a-t-on constaté, fait partie d’une organisation criminelle. ».