Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®
Pour commencer votre recherche, cliquez sur la première lettre du mot voulu dans l'alphabet ci-dessous.

Juridictionnaire

boycott / boycottage

Le mot boycott et le préfixe de ses dérivés se prononcent soit à l’anglaise, soit comme s’ils s’épelaient boïcotte. La prononciation à la française (boi-kot) n’a pas été suivie dans l’usage.

Au pluriel, boycott prend le s : des boycotts.

L’orthographe [boycotte] est à proscrire.

  1. Boycott et boycottage sont synonymes, mais, quant à la question de l’occurrence, la forme francisée boycottage, apparue la première fois dans notre langue en 1881, tend dans l’usage à l’emporter sur sa concurrente, la forme anglaise boycott, étant attestée en français en 1918.

    Les deux mots s’emploient avec la préposition de ou sur. Avec de, pour désigner la nature de l’interdit : boycottage de consommation, boycottage de livraison, boycottage de production, ou sa source : boycottage d’un parti politique dirigé contre quelqu’un ou quelque chose. Avec sur, pour désigner l’objet de l’interdit : boycottage sur les matériaux. La préposition de s’emploie également dans ce deuxième cas.

  2. Le mot boycottage n’appartient pas au vocabulaire technique du droit, bien qu’il entre dans la nomenclature des dictionnaires juridiques. Il relève de la langue générale. La loi française no 77-574 du 7 juin 1977, dite antiboycottage, tient cette dénomination de la diffusion médiatique d’un avis gouvernemental du 24 juillet 1977.

    De nombreuses définitions de la notion existent. Elles sont diverses, d’abord à cause de son imprécision, ensuite en raison de son champ d’application. La Charte des Nations Unies définit le boycott comme l’interruption complète ou partielle des relations économiques et des communications ferroviaires, maritimes, aériennes, postales, télégraphiques, radioélectriques et des autres moyens de communication.

    Le mot boycott et ses dérivés s’emploient surtout en droit international économique, dans le droit du travail et en droit commercial, où ils offrent le plus d’exemples. Ils désignent généralement une mise à l’index concertée de produits d’une firme ou d’un État.

    Cette mesure de contrainte a donné lieu, dans la documentation abondante publiée sur le sujet, à la mise en place de catégories typologiques du boycottage : le boycottage direct, indirect, dont les formes sont le boycottage primaire (exercé exclusivement sur la partie visée), le boycottage secondaire (exercé sur un ou des tiers neutres ou engagés et ayant des rapports quelconques avec la partie visée), le boycottage tertiaire, le boycottage d’alignement, d’élimination, le boycottage voie de fait, le boycottage-sanction, et ainsi de suite.

    De plus en plus, le mot tend à être supplanté dans l’usage par une série de mots apparentés qui donnent une connotation plus positive à la notion ou qui la précisent davantage. Grève, clause de refus de travail, grève de solidarité, grève de sympathie, articles mis à l’index, produits interdits, marchandises intouchables, sanctions économiques.

  3. Le boycottage peut s’observer en d’autres domaines de l’activité humaine : boycottage culturel, diplomatique, religieux, scientifique, social ou sportif.
  4. Par extension, le mot boycottage signifie refus de prendre part à quelque chose ou d’admettre quelqu’un : le boycottage d’un examen, d’une élection, d’une cérémonie. Au figuré, c’est le fait de se donner le mot pour rompre ses relations avec un particulier : le boycottage d’une personnalité.

    Dérivés : boycottant, boycottante; boycotté, boycottée; boycotteur, boycotteuse. Le boycottant est l’auteur du boycottage, tandis que le boycotté est l’individu ou l’organisme visé par le boycottage. « Un rapport établi à Montréal en janvier 1977 par la Commission sur la cœrcition et la discrimination économiques a recensé cent quarante-quatre firmes canadiennes boycottées. » Le dérivé boycotteur est synonyme de boycottant et tend à supplanter ce dernier dans l’usage. On le rencontre dans la plupart des dictionnaires du 20e siècle.

Syntagmes et phraséologie

  • Boycottage économique.
  • Boycottage (d’origine) patronal (ale), ouvrier (ière).
  • Boycottage entre industriels, syndicats, patrons et ouvriers.
  • Boycottage exercé sur qqn, effectué par qqn contre qqch. ou qqn.
  • Boycottage positif, négatif.
  • Boycottage systématique, organisé, décrété, prononcé.
  • Acte de boycottage.
  • Cas, faits de boycottage.
  • Clause de boycottage.
  • Conduite du boycottage.
  • Effets juridiques du boycottage.
  • Entreprise de boycottage.
  • Incitation au boycottage.
  • Manœuvres, menaces, tentatives de boycottage.
  • Méthodes, procédés de boycottage.
  • Mobiles du boycottage.
  • Plan de boycottage.
  • Prescriptions du boycottage.
  • Régime légal du boycottage.
  • Réglementation, règles du boycottage.
  • Répression du boycottage.
  • Appliquer le boycottage à qqn ou à qqch.
  • Approuver le boycottage.
  • Coopérer à un boycottage.
  • Déclencher un boycottage.
  • Décréter le boycottage.
  • Échapper au boycottage.
  • Ignorer le boycottage.
  • Inciter au boycottage.
  • Pratiquer un boycottage sur qqch.
  • Prononcer un, le boycottage.
  • Recourir au boycottage.
  • Soumettre au boycottage.
  • User du boycottage.
  • BLOCUS.
  • BOYCOTTER.