Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®
Pour commencer votre recherche, cliquez sur la première lettre du mot voulu dans l'alphabet ci-dessous.

Juridictionnaire

car / parce que

  1. Car et parce que introduisent l’énoncé d’une cause et sont souvent interchangeables : « La criminologie est une science multidisciplinaire, car la connaissance de la personne criminelle exige le concours de nombreuses spécialités. » (On aurait pu écrire « parce que la connaissance(…) » et supprimer la virgule). Toutefois, lorsque le lien causal est présenté sous forme d’explication, on ne peut employer que car. Ainsi, on dit bien : « Nous ne réprouvons pas un acte parce qu’il est un crime, mais c’est un crime parce que nous le réprouvons. ». On ne pourrait pas dire : « Nous ne réprouvons pas un acte, [car] il est un crime… », bien qu’on puisse très bien le faire pour la deuxième locution conjonctive parce que de cet exemple : « mais c’est un crime, car nous le réprouvons. ».
  2. À la différence de parce que, car est toujours précédé de la virgule, sauf lorsque les propositions coordonnées par cette conjoncture sont très brèves. Parce que l’est uniquement lorsque les actions de la proposition principale et de la proposition subordonnée ne sont pas pensées simultanément ou si son sens l’oppose fortement à la première : « La justice sans force est contredite, parce qu’il y a toujours des méchants. ».
  3. Les guides de rédaction déconseillent de commencer une phrase par car, la conjonction, contrairement à parce que, ne pouvant se placer qu’après la proposition qui exprime l’assertion à expliquer : « Le premier problème qu’en bonne méthode doit résoudre la criminologie consiste à cerner le champ de ses observations. [Car] avant d’étudier le criminel, il faut s’entendre sur la notion de crime. » (= « à cerner le champ de ses observations, car… »).
  4. Parce que peut être repris par que (« Rien ne lui interdit de renouveler sa demande, parce que la décision n’a pas de valeur juridictionnelle et qu’elle n’emporte pas l’autorité de la chose jugée. »), mais car ne peut l’être : « La demande peut être renouvelée, car elle n’a pas de valeur juridictionnelle et n’emporte pas (et non [et qu’elle]) l’autorité de la chose jugée. »
  5. Pour l’emploi de parce que et de puisque, se reporter à l’article PARCE QUE.