Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®
Pour commencer votre recherche, cliquez sur la première lettre du mot voulu dans l'alphabet ci-dessous.

Juridictionnaire

conjecture / conjecturer / conjoncture / conjoncturiste

  1. Il ne faut pas confondre les paronymes conjecture et conjoncture. Le mot conjecture a un seul sens, qui le rapproche de l’hypothèse, de la présomption, de la supposition. C’est une opinion fondée sur des analogies, des apparences, des probabilités ou des vraisemblances. Cette opinion énoncée sous forme de supposition tend généralement à expliquer un fait. « Est incontestable l’argument qui est d’une évidence démontrable et qui n’admet ni discussion ni conjecture. »

    On dit, par exemple, se perdre en (vaines) conjectures, en être réduit à des conjectures. « Puisque leur rôle se limite à interpréter les faits immédiats et à appliquer l’état du droit existant, les tribunaux doivent éviter de se perdre en de vaines conjectures. »

    Bien que le mot s’emploie le plus souvent au pluriel, le singulier n’est pas rare. « Le témoin ne connaissant pas la réponse à la question qui lui était posée a hasardé une conjecture dans son explication. » « Pour que le doute entretenu par le juge relativement à l’existence d’un complot équivaille à une erreur de droit, il faut que ce doute tienne de la pure conjecture et ne puisse trouver quelque appui dans la preuve. »

  2. Le verbe conjecturer signifie inférer, juger en fonction de conjectures. Il s’emploie comme intransitif, et souvent en emploi absolu : conjecturer sur ce qu’on ignore, et, suivi d’une subordonnée relative introduite par que, il est transitif direct et commande l’indicatif. « Nous conjecturons que c’est le défendeur qui aura gain de cause en l’espèce. »

    On ne dira pas [spéculer] sur quelqu’un, mais conjecturer à son sujet, faire des conjectures. « Je ne me propose pas de conjecturer à leur sujet. » Spéculer n’a pas ce sens en français.

  3. Une conjoncture, c’est d’abord une situation qui résulte d’un concours d’événements. « Je me suis trouvé dans une conjoncture difficile. » Ce sens rapproche le mot du cas, de la circonstance, du moment, de l’occasion, de l’occurrence. « L’accusé a profité de la conjoncture qui lui était favorable pour acquérir les terrains en question. » « Ce témoignage a persuadé le juge qu’il ne s’agissait pas là d’une réponse à court terme à un changement de conjoncture. »

    La conjoncture, c’est aussi l’ensemble des éléments qui constituent la situation (économique, politique, sociale) à un moment donné. « La conjoncture était propice à ce type de placements spéculatifs. »

    C’est, enfin, la prévision de l’évolution prochaine des événements reposant sur des données scientifiques. Établir la conjoncture démographique d’une population.

  4. C’est à partir de ce dernier sens que le néologisme conjoncturiste a été créé. Il désigne la personne qui analyse la conjoncture, surtout économique, et qui essaie d’en prévoir l’évolution. Le ou la conjoncturiste se livre à des analyses conjoncturelles, s’appuyant sur des concepts, des sources et des méthodes pour résoudre les problèmes rencontrés dans l’établissement d’un diagnostic et la prévision à court terme de l’activité économique et des prix. Son activité l’oblige à procéder à des enquêtes de conjoncture. « Le conjoncturiste cherche à prévoir l’évolution économique au cours des six ou huit prochains mois en se fondant sur l’analyse des tendances récentes et des forces actuellement à l’œuvre dans l’économie nationale et internationale. » Le conjoncturiste est un économiste statisticien et un prévisionniste. Économiste conjoncturiste prévisionniste.
  5. L’adjectif conjoncturel qualifie ce qui relève de la conjoncture, ce qui se rapporte à la situation économique d’un secteur d’activité, d’une région ou d’un pays à un moment donné. « Le gouvernement mène une politique purement conjoncturelle fondée sur les sondages d’opinion. » Analyses conjoncturelles.

Syntagmes

  1. Conjecture bien, mal fondée.
    • Conjecture improbable, trompeuse.
    • Conjecture confirmée (par les faits).
    • Appuyer, fonder une conjecture sur qqch.
    • En être réduit à des, aux conjectures sur qqch.
    • Faire, former, hasarder des conjectures sur qqch.
    • Ne pas admettre de conjecture.
    • Parler de qqch. par conjecture.
    • Se livrer à des conjectures sur qqch.
    • Se perdre en conjectures.
    • Se refuser à (faire) toute conjecture quant à, relativement à, sur qqch.
    • Tenir de la (pure) conjecture.
    • Tirer une conjecture de qqch.
    • Interprétation (purement) conjecturale de qqch.
    • Science conjecturale.
    • Conjoncture agréable, favorable, heureuse, particulière, transitoire.
    • Conjoncture accidentelle, défavorable, délicate, difficile, fâcheuse, fatale, grave, imprévisible, malheureuse, momentanée, pénible, tragique, terrible, triste.
    • Conjoncture économique, internationale, militaire, nationale, ponctuelle, politique, stratégique, syndicale.
    • Changement de conjoncture.
    • Études de conjoncture.
    • Évolution, fléchissement, fluctuations des variations de la conjoncture.
    • Dans la conjoncture actuelle, présente.
    • En de telles, en pareilles conjonctures.
    • Dépendre d’une conjoncture.
    • Profiter de la conjoncture.
    • Se prononcer sur des conjonctures.
    • Se trouver (placé) dans une conjoncture.
    • Décrire, établir, étudier la conjoncture de qqch.
    • Renverser une conjoncture (défavorable).
    • Affaiblissement, baromètre, chômage, climat, décalage, déficit, effet, fléchissement, fonds, indicateur, ralentissement, recul, redressement, retournement conjoncturel.
    • Amélioration, décélération, dégradation, détérioration, expansion, faiblesse, hausse, reprise conjoncturelle.