Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 
Rechercher dans TERMIUM Plus®
Pour commencer votre recherche, cliquez sur la première lettre du mot voulu dans l'alphabet ci-dessous.

Juridictionnaire

déclencher / enclencher

Ces deux verbes, que l’on trouve assez fréquemment employés au figuré dans le style judiciaire et chez les auteurs, sont formés sur la même base, clenche, mais leur préfixe diffère : et en, ce qui indique déjà la nuance de sens de ces deux termes, distinction qu’on ne fait pas toujours et qui nous amène à user à tort des mêmes compléments d’objet pour chacun d’eux.

  1. Proprement, la déclenche est un dispositif qui permet de séparer deux pièces d’une machine, d’un mécanisme. Aussi déclencher est-il le fait soit de lever la clenche d’une porte pour l’ouvrir, soit de provoquer (par un déclic ou un déclencheur) le libre mouvement (ou l’arrêt) du mécanisme en enlevant (ou en actionnant) son dispositif de fonctionnement ou d’arrêt, selon le cas.

    Les deux sens relevés expliquent clairement l’emploi figuré du verbe : déclencher, c’est mettre en mouvement d’une façon soudaine (déclencher une émeute), brusque (déclencher une attaque 2 surprise), automatique (déclencher les hostilités, une grève) par suite de la violation d’une entente quelconque. C’est déterminer un phénomène, provoquer ou entraîner une action : l’idée de conséquence domine. De là les syntagmes fréquents déclencher (et non [enclencher]) l’application d’un article de la loi, d’une clause contractuelle, le cours, l’écoulement d’un délai, ou déclencher une action en justice : « L’action civile est habituellement déclenchée lorsque les parties n’ont pas réussi à négocier à l’amiable le règlement de leur différend, elles-mêmes ou, le plus souvent, par ministère d’avocat. » « Pour prouver l’existence d’un droit, son titulaire doit établir les éléments concrets qui, dans tel ou tel cas, déclenchent l’application du droit objectif en donnant naissance à un droit subjectif. »

    Employé souvent lorsqu’il s’agit de procédure, le verbe déclencher évoque la mise en marche d’un acte procédural ou judiciaire et rappelle le recours à la locution mettre en branle étudiée à l’article BRANLE. « La requête sollicitait une ordonnance annulant l’enquête disciplinaire entreprise par l’Institut pour le motif qu’elle avait été déclenchée par une lettre expédiée par deux membres de l’Institut. » « Qui peut déclencher en ce cas le contrôle de constitutionnalité? »

  2. Si la déclenche permet de séparer les pièces d’un mécanisme, l’enclenche, au contraire, est le mouvement qui, précédant le déclenchement, permet de lier ces pièces. Aussi enclencher est-il, à l’inverse de déclencher, le fait de rendre solidaires deux éléments en les imbriquant l’un dans l’autre.

    Au figuré, le verbe enclencher signifie donc engager une action par suite d’une autre, les rendant ainsi solidaires, la deuxième étant comme la conséquence de la première. Le cooccurrent le plus fréquent, à ce point attendu que le syntagme devient cliché, est le mot processus : « La présentation de la demande a enclenché le processus qui a mené à la délivrance de l’ordonnance. » « L’incompatibilité existant entre la décision du Conseil et certaines dispositions de sa loi constitutive a enclenché le processus de révision. »

  3. En dépit de leur forte connotation physique, les verbes déclencher et enclencher s’avèrent très utiles pour varier l’expression en servant de substituts à des verbes qui viennent naturellement à l’esprit pour exprimer soit le début ou l’amorce d’une action, soit l’acte préalable à sa mise en mouvement.