Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Recherche
Pour commencer votre recherche, cliquez sur la première lettre du mot voulu dans l'alphabet ci-dessous.

La préposition

Avant de consulter le répertoire d’adjectifs, de verbes et d’adverbes pouvant ou devant se construire avec une préposition, il serait bon d’examiner de près la préposition en tant que telle. Si l’utilisateur cerne bien la nature de cet élément du discours, il devrait arriver à en faire bon usage.

1. Définition

Examinons la phrase suivante :

Pendant les vacances, les amis de Lise lui ont organisé, sans difficulté et avec la complicité de ses parents, une surprise-partie formidable pour souligner son vingtième anniversaire.

Intuitivement, le lecteur se rend compte que les mots en gras (des prépositions) sont des outils dont dispose la langue française pour conférer un sens à l’énoncé. Ils permettent d’établir une relation entre deux mots.


PRÉPOSITION NATURE DE
LA RELATION
ENTRE DEUX MOTS
pendant temps organisé et vacances
de appartenance amis et Lise
sans manière organisé et difficulté
avec manière organisé et complicité
de détermination complicité et parents
pour but organisé et souligner

Voici une définition, plus savante, de la préposition prise au sens large : mot ou groupe de mots, invariable, qui relie et subordonne, par tel ou tel rapport, l’élément qu’il introduit, appelé régime (R), à un autre élément de la phrase, qui le commande, appelé complémenté (C).

Cette définition peut être schématiquement représentée comme suit :

C => P => R

où C désigne le complémenté; P, la préposition et R, le régime. Nous appellerons CPR l’ensemble prépositionnel et PR le syntagme prépositionnel.

Pour bien comprendre la nature de la préposition et mieux saisir les facteurs qui gouvernent son utilisation, nous allons examiner plus à fond certains éléments de cette définition. Les questions auxquelles il faudrait répondre pour mener à bien cet examen de la préposition sont les suivantes :

  • Quels sont donc ces mots ou groupes de mots qu’utilise la langue française pour établir une relation entre les deux éléments C et R?
  • Quels sont les rapports que permettent d’exprimer ces mots ou groupes de mots?
  • Quels genres de mots peuvent avoir pour complément un syntagme prépositionnel, autrement dit quels genres de mots peuvent jouer le rôle de complémenté?
  • Quels genres de mots peuvent introduire une préposition, autrement dit quels genres de mots peuvent jouer le rôle de régime?
  • D’où nous viennent les prépositions?
  • Ont-elles évolué avec le temps et évoluent-elles encore aujourd’hui?
  • Est-ce que le schéma C => P => R est canonique; autrement dit, dans la phrase, les éléments C, P et R doivent-ils toujours être dans cet ordre?
  • Quels sont les éléments qui orientent le locuteur dans son choix d’une préposition, le complémenté ou le régime?

2. Principales prépositions

La préposition est définie, nous venons de le voir, comme « un mot ou un groupe de mots […] ».

Si l’outil en question est un seul mot, on parle de préposition simple; si c’est un groupe de mots qui a fonction et valeur de préposition, on parle alors, selon les sources consultées, de préposition complexe ou de locution prépositive.

Vouloir dresser la liste complète des prépositions et des locutions prépositives est une tâche irréaliste. Voici plutôt quelques prépositions, simples et complexes, choisies parmi les plus courantes.


Prépositions simples

  • À
  • Après
  • Avant
  • Avec
  • Chez
  • Contre
  • Dans
  • De
  • Derrière
  • Devant
  • En
  • Entre
  • Excepté
  • Malgré
  • Moyennant
  • Outre
  • Par
  • Parmi
  • Passé
  • Pendant
  • Pour
  • Sans
  • Sauf
  • Selon
  • Sous
  • Suivant
  • Sur
  • Vers
  • Vu

Prépositions complexes, ou locutions prépositives

  • À cause de
  • À condition de
  • À côté de
  • Afin de1
  • Au cours de
  • Au moyen de
  • Au nom de
  • D’avec
  • Dans le but de
  • De manière à
  • De peur de
  • En dehors de
  • En dépit de
  • En face de
  • En raison de
  • En vertu de
  • En vue de
  • Étant donné2
  • Faute de
  • Grâce à
  • Jusqu’à
  • Loin de
  • Lors de
  • Par rapport à
  • Par suite de
  • Par-delà
  • Quant à
  • Sauf à
  • Sous prétexte de

3. Rapports exprimés par les prépositions

Par définition, une préposition « relie et subordonne, par tel ou tel rapport… ».

Étant donné que les prépositions, simples ou complexes, sont très variées, les rapports qu’elles peuvent exprimer doivent donc, eux aussi, être fort variés. Vouloir en dresser une liste complète serait, là encore, irréaliste. Contentons-nous d’énumérer les rapports les plus couramment exprimés :


RAPPORTS EXEMPLES
agent Stockwell Day a été défait par Jean Chrétien
appartenance ce chien est à moi
attribution je l’ai donné à Pierre
but il faut étudier pour réussir
caractérisation un homme de cœur
cause ingénieux par besoin
conformité c’est ce qui est arrivé d’après ce témoin
destination aller à Québec
détermination le livre de Pierre
exception avoir tout perdu, sauf l’honneur
lieu habiter dans une chaumière
manière agir avec précaution
matière une table en marbre
moyen pêcher à la ligne
opposition se battre contre des moulins à vent
ordre cet extrait se trouve après le tableau X
origine il vient de Montréal
temps il régnait depuis deux ans

3.1 Pluralité de rapports exprimés par une même préposition

Les exemples cités auront certainement permis au lecteur attentif de constater qu’une même préposition, par exemple à, de, par, permet d’exprimer des rapports différents.

Il est, en français, de ces prépositions qui jouent des rôles multiples. Examinons plus attentivement le cas de la préposition de. Dans les exemples qui suivent, cette préposition exprime différents rapports – et la liste n’est pas nécessairement exhaustive.


EXEMPLES RAPPORTS
venir de Montréal origine
punir qqn de son crime origine figurée, ou cause
avancer de trois pas mesure
citer de mémoire manière
être aimé de ses enfants agent
famille de son ami appartenance
gentillesse de Frédéric détermination
pâté de foie matière
robe de bal genre, espèce
verre de vin contenu
membres de l’assemblée contenant
large du bassin limitation
protéger de la main moyen

Quand une préposition sert à exprimer plusieurs rapports, elle est dite polysémique. Toutes les prépositions ne sont pas polysémiques, mais en énumérer qui ne le seraient pas s’avérerait plus ardu qu’on serait porté à le croire3. La tendance à la monosémie se rencontre plus facilement dans le cas des prépositions complexes.

Cette polysémie impose à l’utilisateur de bien connaître les différents rapports que peut exprimer une préposition donnée s’il veut en faire bon usage. Et cela, c’est sans compter les nombreux cas où les mêmes prépositions doivent être utilisées sans que leurs sens soient analysables, c’est-à-dire en tant que prépositions vides4. Dans ce dernier cas, c’est l’aspect syntaxique, et non l’aspect sémantique, qui prime.


3.2 Pluralité de prépositions pour exprimer un même rapport

Tout comme une préposition peut exprimer différents rapports, un même rapport peut être exprimé par différentes prépositions.

  • Le temps, par exemple, peut s’exprimer par : avant, après, dès, depuis, jusqu’à, en attendant, pendant, durant, etc.
  • La cause peut, elle aussi, s’exprimer par diverses prépositions : à cause de, en raison de, vu, attendu, étant donné, etc.
  • Le but s’exprime par : en vue de, dans l’intention de, dans le but de, pour, afin de, etc.

Cette pluralité ne signifie pas pour autant que ces diverses prépositions soient interchangeables. Il est bien évident que avant et après ne le sont pas, mais qu’en est-il, par exemple, de pour et afin de? Selon Girodet5 :

[…] si pour (que) peut toujours s’employer à la place de afin (de, que), l’inverse n’est pas vrai. Afin (de, que) implique l’idée d’un but expressément conçu comme tel dans l’esprit de celui qui accomplit l’action. On évitera donc afin (de, que) quand il n’y a pas de but formellement visé mais seulement un résultat ou quand le sujet de l’action n’est pas une personne ou un être vivant assimilé à une personne. On doit donc dire : Il faut cent hectares pour faire un kilomètre carré (et non afin de faire…). Certains mollusques sont pourvus d’une coquille d’aspect semblable à celui du fond sur lequel ils vivent, pour échapper à leurs ennemis (et non afin d’échapper…).

Qu’en est-il du couple pendant / durant? Étymologiquement, pendant et durant n’ont pas le même sens; durant est réservé à l’expression de la durée entière. C’est ainsi que l’on dit il est resté debout durant le discours, mais il est sorti pendant le discours. Cette distinction, quoique fort utile, est, d’après Hanse6, généralement abandonnée. Selon Girodet7, ces deux prépositions sont à peu près synonymes.

Faire un bon usage des prépositions suppose donc chez le locuteur ou le rédacteur une connaissance des particularités de sens ou des changements de sens dont peuvent être l’objet les prépositions.


4. Nature du régime

Nous savons que la préposition sert à établir un rapport entre deux éléments de la phrase, à matérialiser le sens qui relie ces deux mots. Dans un premier temps, examinons l’élément qu’elle introduit, que l’on appelle régime.

La question est de savoir quels genres de mots peuvent jouer le rôle de régime dans l’ensemble prépositionnel :

C => P => R

La réponse est fort simple : tous les genres de mots. Cela ne signifie toutefois pas que tous les mots d’une catégorie peuvent jouer ce rôle.


CATÉGORIES EXEMPLES
nom moulin à farine
pronom son style à lui
adjectif (numéral) mesure à deux temps
verbe (infinitif) pantalon à nettoyer
verbe (gérondif) réussir en travaillant
adverbe partir pour toujours8
proposition fidèle à ce qu’il a toujours prêché
préposition sortir de chez soi

5. Nature du complémenté

Le second élément qui participe au rapport établi par la préposition, c’est le complémenté. Et la même question se pose : quels mots peuvent commander l’emploi d’une préposition ou avoir pour complément un syntagme prépositionnel?

C => P => R

C => PR

La réponse est, ici encore, fort simple : toutes les catégories de mots de la phrase, sauf les mots outils. En voici quelques exemples avec les prépositions à et de.


CATÉGORIES EXEMPLES AVEC LA
PRÉPOSITION À
EXEMPLES AVEC LA
PRÉPOSITION DE
adjectif bon à rien avide de richesse
adverbe conformément à l’entente indépendamment de son rang
nom l’hymne à la joie la famille de notre ami
pronom années passées et celles à venir la porte du boudoir et celle du salon
verbe nuire à sa santé se souvenir de ses amis

5.1 Notion de complément

Ouvrons une parenthèse sur la notion de complément. Si un terme a besoin d’un complément, c’est qu’il ne se suffit pas à lui-même, que son sens ne peut être appréhendé s’il est utilisé seul. Comme nous allons le voir, ce ne sont pas tous les noms, pronoms, adjectifs, verbes ou adverbes qui commandent un syntagme prépositionnel.


5.1.1 Adjectif

Un adjectif n’a besoin d’un complément que s’il est sémantiquement incomplet. Dire de quelqu’un qu’il est belliqueux ou fouineur dit tout. Il n’est nullement besoin de préciser quoi que ce soit. Tel n’est pas toujours le cas.

Si je dis Pierre est enclin, il faut préciser à quoi il est enclin. Le complément de l’adjectif est ici obligatoire. Si je dis Pierre est content, nous sommes en droit de nous demander de quoi Pierre est content. La question se pose parce que l’énoncé est hors contexte. En contexte, le complément peut ne pas être nécessaire, le sens l’emportant alors sur l’exigence grammaticale.

Le complément de l’adjectif, obligatoire ou facultatif, est introduit, dans la plupart des cas, par à ou de. Ce ne sont toutefois pas les seules prépositions possibles. En voici quelques autres :


PRÉPOSITIONS EXEMPLES DE COMPLÉMENTS
DE L’ADJECTIF
à apte aux affaires
auprès de empressé auprès de son maître
avec froid avec ses amis
dans habile dans son art
de digne de vous
en pauvre en blé
envers ingrat envers son bienfaiteur
par sévère par devoir
pour bon pour les malheureux
sur tranquille sur son sort

5.1.2 Adverbe

L’adverbe peut aussi avoir besoin d’un complément. Si tel est le cas, c’est qu’il est sémantiquement incomplet. Il faut que l’énoncé cela s’est produit antérieurement soit en contexte pour prendre tout son sens. Antérieurement exige normalement un complément qui indique le point de référence nécessaire à sa compréhension : antérieurement à quoi? L’adverbe facilement, par contre, ne demande pas de préposition, parce que son sens est complet. Il signifie « avec facilité ».


5.1.3 Nom

Même si le verbe et son substantif peuvent commander la même préposition – ne dit-on pas recourir à la force et le recours à la force ou encore obéir à ses chefs et l’obéissance à ses chefs –, tel n’est pas toujours le cas.

Voyons deux cas particuliers :

  1. On compare deux choses entre elles, une chose à une autre ou avec une autre. Le substantif correspondant comparaison, lui, commande généralement les prépositions avec ou entre. La préposition à ne se rencontre que dans la locution par comparaison à.
  2. On conforme ses propos à la situation ou on se conforme au goût du jour, mais on dit : la conformité entre deux choses, la conformité d’une chose avec une autre. La conformité à qqch., au sens de : « fait d’être conforme à; », est considérée comme vieillie par le Nouveau Petit Robert.

5.1.4 Verbe

Dans le cas du verbe, le besoin d’un complément est un peu plus complexe, car il existe trois types de verbes : les verbes intransitifs, transitifs et pronominaux.


5.1.4.1 Verbe intransitif

On appelle verbe intransitif tout verbe qui énonce une action qui ne passe pas du sujet à un objet; il exprime une action limitée au sujet. Autrement dit, l’action se suffit à elle-même9. Exemples : Il dort. Il pleut. La neige tombe.

Ces verbes n’appellent pas obligatoirement de complément, mais l’idée qu’ils expriment peut très bien s’accommoder d’une précision : il dort dans le fauteuil, sur sa chaise; il pleut depuis hier, sans arrêt; la neige tombe en gros flocons.


5.1.4.2 Verbe transitif

Il existe une autre catégorie de verbes qui, eux, ne peuvent que difficilement se suffire à eux-mêmes. Ils appellent à peu près nécessairement un complément d’objet. Ce dernier énonce la personne ou la chose sur laquelle passe l’action du sujet. Si le verbe était employé seul, l’action paraîtrait manquer d’appui, elle resterait comme suspendue en l’air. Tout verbe d’action dont le sens requiert une détermination précise (complément d’objet) est dit transitif.

On distingue deux types de verbes transitifs :

  1. le verbe transitif direct, dont le complément dit d’objet direct, ou c.o.d., n’a pas besoin de préposition (je donne ø un livre);
  2. le verbe transitif indirect, dont le complément dit d’objet indirect, ou c.o.i., exige une préposition10 (on parle de tout).

Il existe un autre type de complément, dit circonstanciel, ou c.c. Ce dernier précise l’idée du verbe en marquant la connexion de l’action avec un repère quelconque (temps, lieu, etc.) situé autour de cette action, sans que pour autant sa présence soit essentielle. Ces repères sont extrêmement variés : cause, temps, lieu, manière, but, moyen, destination, distance, poids, matière, etc. Le complément circonstanciel est, la plupart du temps, introduit par une préposition, mais il arrive aussi qu’aucune préposition ne le rattache au verbe. C’est le cas pour un grand nombre de compléments de temps, de prix, de poids, de contenance, de manière. En voici quelques exemples : aller nu-tête (manière); coûter cent dollars (prix); peser trois kilogrammes (poids); revenir toutes les fins de semaine (temps).

Dans le cas des verbes utilisés au passif11, on note la présence d’un autre type de complément, le complément d’agent, qui désigne l’être ou l’objet par lequel l’action est accomplie, l’être ou l’objet qui agit. Exemples : le camion a été renversé par le vent; il est détesté par tous ses collègues; la place est encombrée de curieux. Le complément d’agent est généralement introduit par la préposition par, mais il arrive que de soit aussi utilisée. Selon Grevisse, l’usage n’a établi aucune règle précise à ce sujet.


5.1.4.3 Verbe pronominal

Par définition, un verbe pronominal est un verbe qui se construit avec un pronom personnel représentant le même être ou la même personne que le sujet du verbe. Exemples : je me cache de lui; tu t’empares du ballon; il se caractérise par son style flamboyant.

Selon l’analysabilité du pronom des verbes pronominaux, on distingue généralement deux grands groupes, chacun se subdivisant en deux sous-groupes.

  1. Analysable. On distingue les verbes pronominaux réfléchis et les verbes pronominaux réciproques.

    Un verbe pronominal est dit réfléchi quand l’action qu’il exprime retourne sur le sujet, se réfléchit sur lui. Le terme où aboutit l’action du sujet d’un tel verbe est tantôt le sujet lui-même (exemple : je me suis coupé), tantôt un être ou une chose autre (exemple : je me suis coupé une tranche de pain). Il est dit réciproque lorsqu’il exprime une action que plusieurs sujets exercent l’un sur l’autre ou les uns sur les autres (exemple : ils se battent continuellement).

  2. Non analysable. On distingue les verbes pronominaux subjectifs et les verbes pronominaux passifs.

    Dans un verbe pronominal dit subjectif, le pronom y indique seulement que l’être désigné par le sujet est en même temps concerné plus ou moins par l’action (exemple : je m’embarque pour Vancouver). Un verbe pronominal est dit passif quand il équivaut à un verbe à la forme passive, mais sans complément d’agent (exemple : ces duplex avec terrasse se vendent bien).

Dans le répertoire qui suit, le lecteur trouvera, comme son titre l’indique, des verbes pouvant se construire avec une préposition :

  • verbe transitif direct :

    J’ai acheté un livre à Pierre pour son anniversaire.

  • verbe intransitif :

    Il neige sur la ville depuis hier.

  • verbe pronominal :

    Je me damne, depuis des heures, à lui expliquer cela.

et des verbes devant se construire avec une préposition :

  • verbe transitif indirect :

    Il a démissionné de son poste.

6. Place, dans la phrase, des trois éléments de l’ensemble prépositionnel : le complémenté, la préposition et le régime (C – P – R)

Dans Le Bourgeois gentilhomme12, de Molière, M. Jourdain veut faire parvenir à Nicole un billet doux dans lequel il lui dirait : « Belle marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour ». Il voudrait toutefois que ses paroles soient tournées à la mode, arrangées comme il faut. Il demande alors à son maître de philosophie de l’aider à tourner d’une manière galante ce billet.

  • […] Je vous prie de me dire, un peu, pour voir, les diverses manières dont on peut les mettre.
  • On peut les mettre, premièrement, comme vous avez dit : Belle marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour; ou bien : D’amour mourir me font, belle marquise, vos beaux yeux; ou bien : Vos beaux yeux d’amour me font, belle marquise, mourir; ou bien : Mourir vos beaux yeux, belle marquise, d’amour me font; ou bien : Me font vos yeux beaux mourir, belle marquise, d’amour.
  • Mais de toutes ces façons-là, laquelle est la meilleure?
  • Celle que vous avez dite : Belle marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour.
  • Cependant je n’ai point étudié, et j’ai fait cela tout du premier coup…

La question que se pose M. Jourdain n’est pas aussi simpliste qu’elle le semble. Il y a vraiment lieu de se demander si, en français, les trois éléments de l’ensemble prépositionnel ne peuvent être utilisés que dans l’ordre indiqué dans le titre de cette section. Prenons comme exemple : Je travaille avec un ami. Les quatre séquences possibles sont les suivantes :

  1. Je travaille avec un ami. (CPR)
  2. Avec un ami je travaille. (PRC)
  3. Un ami je travaille avec. (RCP)
  4. Un ami avec je travaille. (RPC)

On pourrait, tout comme le maître de philosophie, répondre que la première formulation est la meilleure. Est-ce à dire que les autres sont à condamner parce que grammaticalement incorrectes? Examinons donc chacun des cas.


6.1 CPR

L’ordre des éléments CPR est certainement le plus courant dans une phrase normale.


C => P => R
Aboutir à une impasse
Fidèle en amour
Le chien de Paul
Contrairement à ce que tu dis

Cela ne signifie pas pour autant que ces trois éléments, comme dans les exemples qui viennent d’être donnés, doivent toujours se succéder. Il peut arriver que des mots viennent s’interposer entre C et P ou entre P et R.

  • Prendre (C) quelqu’un pour (P) époux (R).
  • Obéir (C) aveuglément aux (P) ordres (R).
  • Il arrivait (C) avec (P), dans sa main, un bouquet (R).
  • Il faisait (C) cela pour (P, évidemment, impressionner ses amis (R).

6.2 PRC

L’ordre des éléments PRC est correct, mais moins fréquent que C – P – R. On le rencontre surtout dans deux cas précis : les propositions interrogatives et les propositions relatives.

Dans le premier cas, R est soit un pronom interrogatif, soit un adjectif interrogatif accompagné d’un nom.

  • À (P) laquelle (R) des préposées l’as-tu donné (C)?
  • Pour (P) quelles raisons (R) es-tu si rapidement parti (C)?

Dans le second cas, celui des propositions relatives, cet ordre s’observe quelle que soit la nature du verbe :

  • Celui chez (P) qui (R) je suis entré (C). (intransitif)
  • Celui à (P) qui (R) je dois obéir (C). (transitif)
  • La route sur (P) laquelle (R) la voiture s’est engagée (C). (pronominal)

Cet ordre peut également s’observer dans des propositions qui ne sont ni interrogatives ni relatives. Mais c’est plus souvent sous la plume de grands auteurs qui veulent produire un effet de style. En voici deux exemples tirés de l’œuvre de Victor Hugo :

  1. Booz s’était couché de [P] fatigue [R] accablé [C].
    (Les Châtiments)
  2. Quand Josué rêveur, la tête aux [P] cieux [R] dressée [C],
    Suivi des siens, marchait […]
    (La Légende des siècles)

6.3 RCP

Il arrive que l’on entende dire : le gars que je travaille avec. La structure sous-jacente à cette formulation est bel et bien du type RCP. Une phrase ainsi formulée est d’emblée cataloguée comme anglicisme de structure, car l’anglais utilise couramment une telle formulation :


R => C => P
Whom do you want to talk to?
Where are you from?
It depends on what you are used to.

6.4 RPC

Étant donné le caractère linéaire de l’énonciation en français, il est tout à fait improbable de rencontrer les trois éléments dans cet ordre.


7. Origine des prépositions

Même si la langue française actuelle a de multiples origines, c’est d’abord et avant tout au latin qu’elle a emprunté. Il n’y a donc pas à s’étonner que certaines caractéristiques du français remontent à ce passé lointain. La préposition en est un excellent exemple.

Le latin recourait à des prépositions pour exprimer certains rapports; la langue française en fait autant.


LATIN FRANÇAIS
Dicere apud centumviros. Plaider devant les centumvirs.
Remus a Romulo interfectus est. Rémus fut tué par Romulus.
Eo ad patrem. Je vais chez mon père.
Exire cum aliquo. Sortir en compagnie de quelqu’un.

Le latin faisait également usage des cas pour indiquer la fonction d’un mot dans la phrase. Prenons comme exemple do vestem pauperi. La désinence -em dans vestem est celle d’un accusatif, ou complément d’objet direct; la désinence -i dans pauperi, celle du datif, ou complément d’objet indirect (d’attribution). Cette phrase veut donc dire : « Je donne un vêtement (c.o.d.) au pauvre (c.o.i.). »

Le français, à ses débuts, en faisait autant. Ces cas étaient initialement au nombre de cinq : nominatif (sujet), génitif (complément du nom), datif (complément d’objet indirect, d’attribution), ablatif (complément d’objet indirect, d’origine ou d’agent) et accusatif (complément d’objet direct). Au Moyen Âge, il n’en restait plus que deux : le cas sujet et le cas régime; au XIVe siècle, qu’un.

Il fallait donc, pour indiquer la fonction des mots dans la phrase, recourir à un autre moyen. Ce furent les prépositions qui prirent la relève13. La langue les a créées14 :

  • soit d’après des mots latins (exemples : avec [apud hoc], avant [ab ante], après [ad pressum]);
  • soit par combinaison de mots français (exemples : préposition et nom – par-mi; verbe et adverbe – voi-là; nom et adjectif – mal-gré);
  • soit par mutation de valeur d’un mot (exemples : sauf [ex-adjectif]; moyennant, attendu, excepté, vu [ex-participes]);
  • soit par combinaison de mots (exemples : préposition + nom – grâce à, faute de; nom + deux prépositions – à cause de, de peur de, par suite de; adverbe et préposition – loin de).

Ainsi s’explique la grande variété de prépositions dont il a été fait mention précédemment.


8. Évolution des prépositions

Le recours à une préposition particulière n’est pas quelque chose d’immuable. Comme tout autre élément de la langue, l’emploi de la préposition a évolué. On la voit apparaître là où l’usage ne la jugeait pas nécessaire; on la voit perdre ou acquérir des valeurs, on la voit changer au gré du sens qu’acquiert un mot au cours du temps. Aujourd’hui encore des changements surviennent.


8.1 Apparition d’une préposition

S’il y a apparition d’une préposition là où l’usage n’en mettait pas, c’est que le verbe est passé de la catégorie de verbe transitif direct à celle de verbe transitif indirect. C’est le cas par exemple du verbe songer. Au XIe siècle, on songeait qqch., mais aujourd’hui on songe à qqch. Autrefois on conspirait la mort de qqn; aujourd’hui, on conspire contre (+ nom) ou pour (+ infinitif); la construction transitive directe est un archaïsme. Le verbe obéir, de verbe transitif qu’il était (vers 1160), est devenu transitif indirect (XVIIe siècle). Son antonyme, désobéir, s’employait à l’époque classique comme verbe transitif direct. Aujourd’hui, c’est un verbe transitif indirect : on obéit15 ou désobéit à qqn ou à un ordre.

Le verbe marcher est un autre bel exemple. En ancien français, ce verbe signifiait « parcourir (une zone)16 ». C’était donc un verbe transitif direct : on marchait sa terre. D’ailleurs cette tournure s’entend encore dans certaines régions de la province, et certains la qualifient d’anglicisme alors qu’il s’agit plutôt d’un archaïsme. En français moderne, ce verbe signifie « se mouvoir en mettant un pied devant l’autre ». Ce glissement de sens a eu pour conséquence d’imposer l’utilisation d’une préposition, en l’occurrence sur, pour indiquer l’endroit où l’action se produit, c’est-à-dire là où l’on met le pied.

Les changements dont il vient d’être question se sont produits à une époque révolue. Nous n’en avons pas été témoins; il nous semble donc normal d’utiliser le verbe avec la préposition courante. Mais tel n’est pas toujours le cas. Actuellement, des changements se font jour, qui en viendront peut-être à s’imposer, comme l’ont fait ceux mentionnés précédemment. Examinons le cas des verbes se rappeler et pallier.

Faut-il se rappeler qqch. ou se rappeler de qqch.? Même si la construction se rappeler de est apparue à la fin du XVIIIe siècle, par analogie avec se souvenir de, elle est toujours considérée comme incorrecte, pour ne pas dire fautive. C’est du moins l’avis de divers spécialistes des difficultés de la langue française, notamment Hanse, Girodet, Colin et Thomas. Il en est d’autres, par contre, qui se montrent plus ouverts à cette construction17. Le Nouveau Petit Robert, pour sa part, se contente de dire que cette construction très répandue est « considérée par les grammairiens comme incorrecte, sauf avec un pronom personnel complément représentant un être humain : Tu te rappelles de moi. » Il est alors compréhensible que la personne qui peut se rappeler de moi veuille bien également se rappeler de notre rencontre.

Passons au verbe pallier. Étymologiquement, ce verbe signifie « couvrir d’un manteau, d’un pallium ». On couvre qqch.; c’est donc un verbe transitif direct. Avec le temps, son sens a évolué; il signifie aujourd’hui « atténuer faute de remède véritable, résoudre d’une manière provisoire » : on pallie une faiblesse. Par analogie avec parer à, remédier à, obvier à, la construction pallier à cherche à s’introduire dans la langue. Cette forme est considérée fautive par Girodet; incorrecte et critiquée par le Nouveau Petit Robert; à éviter par Hanse, et cela « malgré des exemples de bons écrivains18 ». Colin19, par contre, ne porte aucun jugement; il se contente de préciser que son sens, proche de remédier à, parer à, entraîne souvent la construction indirecte, par analogie avec ces verbes.

Si le dictionnaire prend soin de préciser un emploi même fautif, c’est que le phénomène décrié est suffisamment courant pour mériter qu’on le mentionne. C’est là, peut-être, le début de la fin. Ces verbes deviendront fort probablement des verbes transitifs indirects, avec le temps.


8.2 Changement de préposition

Le verbe songer illustre admirablement bien ce phénomène. Le Dictionnaire historique de la langue française20 retrace les différentes prépositions que ce verbe a commandées au cours des siècles. Songer, employé d’abord transitivement au XIe siècle, a commandé la préposition de. Songer de (1530), au sens de « voir en rêve », s’est employé jusqu’au XIXe siècle. On a également retrouvé trace de songer sur (1440-1475) et de songer en qqn (1430). Aujourd’hui, on n’utilise que songer à, dont l’usage remonte à 1230.

Ce cas n’est pas unique. Autrefois, ou encore aujourd’hui dans un style littéraire, on disait exhorter de (+ verbe); en langue courante, on dit exhorter à (+ verbe / nom). Acheminer à est devenu acheminer vers; concorder à est devenu concorder avec, etc. D’ailleurs, dans son ouvrage désormais classique, Deux langues, six idiomes, Irène de Buisseret21 mentionne qu’au XVIIe siècle on trouvait à là où aujourd’hui il faut mettre une autre préposition :


AUTREFOIS AUJOURD’HUI
Armande, prenez soin d’envoyer au notaire. (Molière) chez
Vivez heureuse au monde, et me laissez en paix. dans
Je me laissai guider à cet aimable guide. (Racine) par
Je ferai mon possible à bien venger mon père. (Corneille) pour
Vous devriez leur mettre un bon exemple aux yeux. (Molière) sous
Oui, nous jurons […] De rétablir Joas au trône de ses pères. (Racine) sur

Ce changement de préposition ne se rencontre pas qu’avec les verbes. La préposition commandée par un adjectif change, elle aussi, à l’occasion : autrefois, on disait contemporain à; aujourd’hui, on dit contemporain de.

Un tel changement n’est pas qu’histoire ancienne. Prenons le cas de l’adjectif spécifique. Doit-on dire spécifique de ou spécifique à? Pour Hanse22, la question ne se pose pas. Même si la directive n’est pas très claire, la formulation laisse peu de place au doute : « Le remède spécifique d’une maladie (noter que propre se construit avec à) ». Colin est moins strict. « On hésite souvent, écrit-il, entre les prépositions de et à; il semble que la première soit préférable (comme pour caractéristique, typique) : Un médicament spécifique de la toux. La préposition à provient sans doute de l’influence des adjectifs spécial et propre, qui se construisent ainsi23. » Le problème pourrait être envisagé différemment : y aurait-il analogie avec l’adjectif particulier, qui commande tantôt de, tantôt à, selon son rôle dans la phrase?

  • Le goût particulier du gingembre (complément du nom goût)
  • Manière particulière à chacun (complément de l’adjectif particulier)

8.3 Perte ou gain de valeur

L’évolution dans l’emploi des prépositions se manifeste d’une autre façon. On n’utilise plus la préposition pour indiquer un rapport qu’elle exprimait auparavant ou encore on lui fait indiquer des rapports qu’elle n’exprimait pas initialement.

La préposition devant n’indique plus aujourd’hui qu’une relation de lieu; la relation de temps a maintenant disparu, d’après le Nouveau Petit Robert. On ne dit plus La poule ne doit pas chanter devant le coq, mais bien La poule ne doit pas chanter avant le coq.

C’est aussi le cas de durant. La distinction qu’il est permis d’établir entre Il est resté debout durant la cérémonie et Il est sorti pendant la cérémonie semble vouloir disparaître. Aujourd’hui, pendant la cérémonie peut vouloir dire aussi bien « pendant toute la cérémonie » que « à un moment donné de la cérémonie ».

La préposition depuis, par contre, qui marque le commencement dans le temps, en est venue, au XXe siècle, à marquer le point de départ dans l’espace. Exemple : Depuis ma fenêtre, je l’observais. Cette extension au sens spatial est devenue courante, selon Colin, bien qu’elle soit condamnée par les grammairiens. Elle permet de lever l’ambiguïté occasionnelle de la préposition de : « Depuis le toboggan du pont de Saint-Cloud, l’accès à l’autoroute de l’Ouest sera direct24. »

La préposition sur est un autre bel exemple. Elle a, pour ainsi dire, pris du galon. Cette dernière est beaucoup plus fréquente dans la langue actuelle qu’elle ne l’était auparavant. Sur acquiert des valeurs nouvelles, des valeurs non répertoriées dans les dictionnaires, ces témoins habituels de l’usage.


AUTREFOIS AUJOURD’HUI
conclure par qqch. conclure sur qqch.
informer qqn de qqch. informer qqn sur qqch.
tourner à droite tourner sur la droite
abandonner à cause de / en raison d’un bris de moteur abandonner sur bris de moteur

Ce phénomène, surtout marqué en France, commence à se manifester au Québec. Les animateurs de radio ne nous invitent plus à écouter une émission à Radio-Canada, mais bien sur Radio-Canada. Les journaux emboîtent eux aussi le pas, surtout quand les informations leur parviennent d’agences européennes : « En 1983, quand j’ai commencé à Errázuriz, 100 % du chiffre d’affaires étaient réalisés sur le Chili25 ».


8.4 Figement du syntagme prépositionnel

Le lien qu’établit la préposition entre le complémenté et le régime n’est pas figé. Les éléments qui composent cet ensemble sont dissociables. C’est ainsi qu’il est possible de dire : parler avec autorité, parler avec méfiance, parler avec qqn, parler avec l’intention de ne rien dire. L’examen de ces exemples permet de constater que les mots qui jouent le rôle de régime ne forment pas un tout avec la préposition qui les introduit, pas plus d’ailleurs que le verbe qui joue le rôle de complémenté26. Concentrons-nous, pour le moment, sur le syntagme prépositionnel.

Dans les exemples qui viennent d’être cités, les syntagmes prépositionnels ne sont pas figés. Mais il arrive que certains le deviennent avec le temps. Ils forment alors des locutions.

Dans frapper qqn à coup sûr sur la tête, le syntagme à coup sûr est devenu une locution adverbiale, car il signifie « infailliblement, sûrement ». Dans parler de vive voix, le syntagme de vive voix est devenu lui aussi une locution adverbiale. Il signifie « oralement ». Même si au départ les éléments du syntagme prépositionnel étaient libres, il y a eu, avec le temps, figement. Les éléments du syntagme ont perdu leur autonomie. Ils forment bloc. À belles dents dans croquer à belles dents en est un autre exemple.

Les syntagmes prépositionnels figés à coup sûr et à belles dents ne se distinguent pas morphologiquement des syntagmes non figés, comme avec autorité, avec qqn, avec l’intention de. Mais il n’en est pas toujours ainsi. Dans certains cas, le figement se voit dans la forme même du syntagme – l’union entre ses éléments. Considérons l’évolution du syntagme à plain pied. Il signifiait, en 1611, « au niveau du sol ». Il est devenu de plain-pied et fait maintenant partie de la classe des locutions. Le figement s’est ici accompagné de l’apparition du trait d’union entre les deux éléments du régime.

Il peut même arriver que l’assimilation soit si forte que tous les mots du syntagme prépositionnel soient reliés entre eux par des traits d’union. Sur-le-champ en est un excellent exemple. L’évolution du syntagme qu’était au départ sur le champ l’a fait passer dans le camp des locutions adverbiales.

Bref, le degré d’assimilation des éléments du syntagme prépositionnel est variable. Dans la plupart des cas, il est nul. Quand il ne l’est pas, le figement peut ou non s’inscrire morphologiquement par un trait d’union entre les éléments du régime et parfois même entre tous les éléments du syntagme prépositionnel.


9. Problème posé par le choix de la préposition

La question du choix d’une préposition se pose chaque fois qu’on recourt à la langue comme moyen de communication (pour parler, écrire ou lire), que cette langue soit sa langue maternelle ou une langue étrangère.

Tous conviendront que, pour interpréter d’emblée un segment de phrase contenant une préposition, le récepteur doit connaître le rapport qui normalement existe entre le complémenté et le régime en cause, c’est-à-dire entre le mot qui appelle la préposition utilisée et le mot que cette dernière commande, et constater que cette préposition exprime bel et bien ce rapport. L’usage correct des prépositions n’est-il pas un critère pour juger qu’un texte est bien écrit? La meilleure preuve en est le blocage momentané qui se produit dans l’esprit du récepteur quand il se trouve devant un emploi inhabituel, que notre lecteur a sans doute éprouvé en lisant les exemples mentionnés dans l’avant-propos.

C’est donc par son caractère inhabituel que l’emploi de telle ou telle préposition sème le doute dans l’esprit du lecteur. Mais une telle hésitation ne signifie pas nécessairement qu’il y a faute. Cet effet peut, dans certains cas, être recherché; dans d’autres, non.


9.1 Effet recherché

Créer chez son lecteur une certaine hésitation peut être voulu par l’auteur. Le rédacteur publicitaire recherche souvent un tel effet; il veut rendre la compréhension de son slogan moins immédiate et, par là même, intriguer et retenir l’attention. Il profite du caractère polyvalent des mots pour confondre son lecteur. Autrement dit, le rédacteur tire parti de la polysémie, il joue sur deux claviers : le message que le lecteur appréhendera fort probablement à la première lecture et celui que le rédacteur veut, en fait, communiquer. Examinons le slogan suivant :

Tout le monde s’attache au Québec.

À la lecture de cette phrase, le lecteur hésite. Il se demande, un court instant, quel sens lui donner. Deux interprétations sont possibles. Ou bien il prend la phrase au pied de la lettre ou bien il essaie d’en dégager le message. Le rédacteur, lui, sait fort bien qu’en trouvant la préposition à immédiatement après le verbe le lecteur prendra le message au pied de la lettre, qu’il comprendra que s’attacher à signifie « avoir de l’attachement pour, éprouver un sentiment pour » le Québec. Mais tel n’est pas nécessairement le message qu’il veut communiquer. En fait, l’association intime qui, à la première lecture, semble exister entre le verbe et la préposition, donnant à ce verbe un sens particulier, n’est que pure illusion. Le message que le rédacteur veut faire passer est le suivant : « Au Québec, tout le monde s’attache. » Le syntagme prépositionnel au Québec n’est plus ici aussi intimement lié au verbe27. Quand on sait que ce slogan a été utilisé dans une campagne de publicité pour inciter les gens à boucler leur ceinture de sécurité, on comprend pourquoi le rédacteur a mis au Québec après le verbe. Il voulait dérouter le lecteur, rendre sa compréhension du message moins immédiate, le forcer à refaire une lecture de son message, dans l’espoir sans doute qu’en en cherchant le sens, le lecteur garderait plus longtemps à l’esprit ce message.


9.2 Effet non recherché, mais emploi non fautif

L’hésitation que le lecteur manifeste à la lecture n’est pas toujours un effet voulu, recherché par le rédacteur. Son choix peut être inapproprié sans pour autant être fautif. Si tel est le cas, la lecture du texte ne se fait pas bien. Examinons certains facteurs qui peuvent être à l’origine de cette hésitation non recherchée.


9.2.1 Manque de contexte

Les trois énoncés suivants – Monsieur X s’est suicidé à l’hôtel; Monsieur X s’est suicidé au souper; Monsieur X s’est suicidé à l’arsenic – ne posent aucune difficulté de compréhension même si la préposition à indique des rapports différents. Ces rapports sont immédiatement appréhendables. Dans le premier cas, la préposition désigne l’endroit, le lieu; dans le deuxième, le moment, le temps; et dans le troisième, le moyen, l’instrumentalité.

Si par contre il est écrit : Monsieur X s’est suicidé au café28, la situation est tout autre. Dire, à la première lecture, quel rapport désigne ici la préposition n’est pas aisé. Le lecteur peut aussi se demander quel sens donner à café. Ce dernier peut désigner aussi bien un endroit, un moment qu’un moyen. La personne s’est-elle suicidée au café du coin, au moment où elle prenait le café ou en a-t-elle bu au point de mourir par intoxication au café? L’hésitation tient au fait que la préposition et le régime café sont polysémiques. Si la phrase avait été : il s’est fait hara-kiri au café, le rapport d’instrumentalité que peut désigner la préposition à disparaîtrait, car on ne se fait pas hara-kiri en utilisant un café. L’ambiguïté se ramènerait alors à deux possibilités : le lieu et le temps. Si, par hasard, le lecteur ne sait pas que café peut désigner le moment où l’on prend le café, alors l’énoncé ne présente plus d’ambiguïté pour lui.

Quiconque sait que café a trois sens hésitera à se prononcer sur le sens de cette phrase. La phrase n’est pas fautive, elle est seulement ambiguë, en raison d’un manque de contexte. Il est bien connu que c’est en contexte qu’un terme perd son caractère polysémique.

C’est le genre de problème que le lecteur risque de rencontrer, par exemple, dans certaines manchettes. L’économie recherchée dans la formulation crée parfois cette ambiguïté que seule la lecture de l’article permettra de lever.


9.2.2 Manque d’idiomaticité

Nous avons vu précédemment (à la section 3) non seulement qu’une même préposition peut servir à désigner différents rapports, mais aussi que différentes prépositions peuvent servir à désigner un même rapport. La question est alors de savoir si ces différentes prépositions sont interchangeables.

Prenons le cas de l’instrumentalité. Pour désigner un tel rapport, il est possible de recourir à diverses prépositions :


PRÉPOSITIONS EXEMPLES
À : examiner au microscope; broder à l’aiguille
Avec : manger avec ses doigts
Par : obtenir qqch. par la force
Dans : l’âme s’épure dans l’épreuve; l’aigle étrangle sa proie dans ses serres

Il ne serait pas correct de dire examiner par le microscope, pas plus d’ailleurs que manger aux doigts, même si ces deux prépositions peuvent, comme les exemples le montrent, servir à indiquer l’instrumentalité. Par contre, on pourrait dire examiner avec un microscope ou encore obtenir qqch. avec la force, sans pour autant que ces formulations soient les plus courantes. Il y a donc une certaine rigidité dans l’utilisation des prépositions servant à désigner un rapport donné, et le locuteur doit recourir à telle préposition plutôt que telle autre pour exprimer le rapport d’instrumentalité avec tel verbe. Un usage s’est imposé, que le locuteur doit connaître s’il veut s’exprimer de façon idiomatique.

Il est un cas où l’idiomaticité fait toute une différence, c’est celui du verbe traiter ou de son substantif traitement. Pour indiquer le moyen utilisé pour traiter qqn ou faire le traitement, il est possible d’utiliser les prépositions à, avec ou par. Rien ne régit grammaticalement l’utilisation d’une préposition particulière, sauf que l’usage a ses préférences. En langue médicale, dans plus de 95 % des cas, c’est la préposition par qui est utilisée après traitement29. Rien ne dit par contre qu’en métallurgie ou en agriculture par serait la préposition privilégiée. Le métallurgiste ne traite-t-il pas à froid ou à chaud et le jardinier ne traite-t-il pas ses plantes avec un fongicide? C’est une question d’usage, une question d’idiomaticité.


9.2.3 Méconnaissance de l’évolution du sens de certaines prépositions

Pour un Européen, Je déménage sur Genève ne pose aucun problème de compréhension. Pour un Québécois, il en serait tout autrement. Il se demanderait fort probablement si cette personne se rapproche de Genève ou si elle y élit domicile. Cette façon de dire, courante en Europe, ne l’est pas au Québec. Pour comprendre le sens de cette phrase, le lecteur québécois doit être au fait de la tendance européenne à utiliser sur pour matérialiser des rapports qu’exprimaient autrefois d’autres prépositions, car les dictionnaires, ces témoins de l’usage, ne sont pas toujours d’un grand secours.

Voyons un autre cas, moins géographiquement restreint dans son utilisation. Comparons les deux phrases suivantes :

  1. J’ai dit à Pierre que nous partions en Californie.
  2. J’ai dit à Pierre que nous allions en Californie.

La Californie représente en 1) l’endroit vers lequel nous nous dirigeons. Vu que normalement on part d’un endroit pour se rendre à un autre, on dirait plus volontiers partir pour la Californie. En 2), la Californie représente l’endroit à l’intérieur duquel nous serons, une fois rendus. Dire aller en Californie est donc habituel.

Faut-il en conclure que partir en Californie est fautif? Selon Girodet30, partir en est un tour critiqué pour partir pour; il vaudrait mieux dire Je pars pour la Bretagne que Je pars en Bretagne. Le Nouveau Petit Robert, pour sa part, se contente de faire la remarque suivante : « On observe une tendance au remplacement de diverses prép. par en : servir en salle, danser en boîte, ascension en glace, etc. »

Ces emplois qui nous semblent fautifs sont peut-être en cours d’évolution. Seul l’avenir nous dira s’ils s’imposeront. Si tel est le cas, ces emplois, critiqués aujourd’hui, seront la norme de demain.


9.3 Effet non recherché, mais emploi fautif

Si l’emploi d’une préposition, par son caractère inhabituel, peut faire hésiter le lecteur, cette hésitation, comme nous venons de le montrer, ne signifie pas qu’il y a automatiquement erreur. Mais il arrive, trop souvent selon certains, que l’emploi de la préposition soit fautif. Pour expliquer ces emplois fautifs, divers facteurs de contamination peuvent être invoqués.


9.3.1 Contamination par la langue maternelle

Comme nous l’avons mentionné dans l’avant-propos, l’emploi de la préposition n’est pas le même dans toutes les langues. Il est possible que la préposition à utiliser soit identique dans la langue maternelle et dans la langue seconde. Mais tel n’est pas toujours le cas.

L’hispanophone qui, voulant dire en français Estoy responsable de la comida, dirait Je suis responsable de la nourriture, empruntant pour ce faire la préposition qu’il utilise dans sa langue maternelle, afficherait une parfaite maîtrise de l’emploi de la préposition. Mais il en serait tout autrement s’il disait Je mets les fleurs dans la table parce qu’en espagnol il aurait dit Pongo las flores en la mesa.

Il en est de même pour l’anglophone. Il dira plus facilement au début J’ai emprunté 5 $ de mon frère pour dire I borrowed $5 from my brother au lieu de J’ai emprunté 5 $ à mon frère. Ou encore L’idée me traversa la tête ou m’est passée à travers la tête pour dire The idea passed through my head, au lieu de L’idée m’est passée par la tête.

Cette contamination par la langue maternelle, qui s’explique fort bien chez un débutant, disparaît normalement avec la maîtrise de la langue seconde.


9.3.2 Contamination par la langue de départ

L’apprenti traducteur tombe souvent dans le même piège. Mais dans son cas, au lieu de reprendre la formulation qui a cours dans sa langue maternelle, il importe dans sa propre langue celle de la langue du texte de départ, sans se rendre compte que la formulation n’est pas idiomatique.

C’est ce qui explique que l’on puisse lire Je suis responsable pour la nourriture parce que, dans le texte de départ, écrit en anglais, il est dit I’m responsible for the food. Ou encore être infecté avec un grand nombre de micro-organismes, au lieu de être infecté par un grand nombre de micro-organismes, parce que dans la langue de départ il était écrit to be infected with a variety of microorganisms.

De telles erreurs, variantes de celles décrites en 9.3.1, manifestent, cette fois-ci, une méconnaissance non pas de la langue d’arrivée, mais de la langue maternelle.


9.3.3 Contamination par respect de l’autorité

Les médias tout comme les enseignants ont une forte influence sur leurs publics. Il suffit de penser au rôle que joue Radio-Canada dans l’amélioration du français pour en être convaincu. Tous les commentateurs, tous les journalistes n’ont toutefois pas du français la même maîtrise. Il arrive que des erreurs soient commises. Combien de fois n’entendons-nous pas dire : « ils ont débuté la compétition, la réunion…; »! Compte tenu de la crédibilité dont jouit Radio-Canada, le public ne s’accorde pas le droit d’être critique : il croit la formulation correcte.

Lire à la une de La Presse : « Charest serait généreux avec les universités » instille insidieusement dans l’esprit du lecteur que généreux commande la préposition avec. On dit plus volontiers être généreux envers qqn ou à l’égard de qqn. Cette erreur n’aurait normalement pas dû échapper au réviseur, mais errare humanum est.

Il en est de même de toute personne, morale ou physique, qui est en position d’autorité. Personne n’est porté à contester sa façon de dire. Il ne faut pas pour autant perdre son esprit critique.


9.3.4 Contamination par voisinage

Un autre facteur intervient dans la mauvaise utilisation de la préposition : la proximité d’une autre préposition dans l’énoncé. Cette proximité peut avoir deux effets opposés : amener le rédacteur à répéter la même préposition, par simple effet d’entraînement, ou à ne pas la répéter, par souci inconscient d’euphonie.


9.3.4.1 Erreur par effet d’entraînement

Voici deux exemples où le rédacteur a utilisé la mauvaise préposition par effet d’entraînement.

  1. C’est pour cette raison que je vous invite à vous procurer le premier numéro de notre journal interne, de le lire et de nous faire part de vos commentaires.

    Dans cet exemple, le rédacteur s’est probablement laissé influencer par la présence du de introduisant le complément notre journal interne. Une analyse élémentaire de la phrase nous oblige à reconnaître que l’auteur nous invite à le lire et à faire part de nos commentaires, tout comme il nous avait invité, fort correctement d’ailleurs, à nous le procurer.

  2. L’examen, entre autres, des définitions de la traduction que nous offrent les différents théoriciens nous livrera, nous l’espérons, l’essentiel des critères sur lesquels on s’appuiera pour juger de la qualité d’une traduction et servira, dans la seconde partie de notre travail, de toile de fond pour mieux apprécier les recherches menées au cours des dernières années en matière d’évaluation des traductions et d’éclairer un peu plus les choix de traduction non pas entre traduction littérale et traduction libre, mais entre traduction dialectiquement fonctionnelle et non fonctionnelle.

    La longueur de cette phrase est certainement en cause. Ne se réclame pas de Proust qui veut. L’auteur a ici utilisé la préposition de sans doute par effet d’entraînement : en matière d’évaluation des traductions et d’éclairer un peu plus […] Pour savoir quelle préposition utiliser, il faut dégager la structure de cette phrase. Autrement dit, il faut déterminer à quelle partie de la phrase est coordonnée, par la conjonction et, cette proposition infinitive. Cela fait, on peut ou non répéter la préposition pour. Vu la complexité de la phrase, on aurait avantage ici à la répéter : pour mieux apprécier […] et pour éclairer un peu plus […] D’où l’importance de bien analyser le texte.

9.3.4.2 Erreur par souci d’euphonie

Cette rencontre a servi à M. le ministre et à ses assistants de prendre connaissance des orientations du rapport de la Commission sur l’équité salariale.

Ici le rédacteur n’a sans doute pas voulu répéter la préposition à. Il est certes louable de vouloir éviter une allitération surtout quand elle n’a aucune fonction stylistique, mais pas au détriment de la norme. Ici, la norme veut que le verbe servir commande la préposition à et que cette préposition soit répétée devant chaque membre du régime31. Si le rédacteur tenait absolument à éviter la répétition, il aurait pu tourner sa phrase de la façon suivante :

M. le ministre et ses assistants ont profité de cette rencontre pour prendre connaissance des orientations du rapport de la Commission sur l’équité salariale.


10. Choix de la bonne préposition

L’une des qualités d’un bon texte est sa lisibilité, l’aisance avec laquelle il transmet son message. Il ne doit donc pas y avoir d’hésitation dans la lecture d’un texte. Cette hésitation, nous l’avons vu à la section 9, se produit quand le lecteur trouve telle préposition là où il en attend une autre, autrement dit, quand la préposition utilisée pour matérialiser une relation entre deux termes pose problème. Il y a donc lieu de se demander comment faire un choix judicieux de la préposition pour que le texte soit limpide, pour que le lecteur appréhende immédiatement le sens. Le choix de la bonne préposition peut être soit spontané, soit appris.


10.1 Bon choix spontané

Un locuteur francophone ne s’arrête pas dans un énoncé chaque fois qu’il doit utiliser une préposition. Il recourt généralement à la bonne préposition sans se poser de questions. Soit les deux phrases suivantes :

  1. L’oiseau se trouve (localisation) une branche.
  2. L’oiseau se trouve (localisation) sa cage.

Si le locuteur veut matérialiser le rapport qui existe entre d’une part se trouver et d’autre part branche ou cage, il utilisera spontanément dans le premier cas la préposition sur et dans le second la préposition dans. La raison en est simple : depuis toujours il entend utiliser la préposition sur pour indiquer qu’un objet se trouve « dessus » un autre objet, ou encore la préposition dans pour indiquer qu’un objet se trouve à l’intérieur d’un autre. Vu que l’oiseau se trouve bien « dessus » la branche ou à l’intérieur de la cage, le locuteur n’a pas d’autre possibilité que d’utiliser ces prépositions et, du même coup, faire inconsciemment le bon choix. Autrement dit, il a appris, par osmose, la façon correcte de dire.

Cette connaissance par osmose s’acquiert également par la lecture. Il est indéniable qu’à force de fréquenter les bons auteurs, le lecteur en viendra à faire siennes leurs façons de dire.

Mais, ici, une mise en garde s’impose. Le fait que telle préposition soit employée par un grand auteur ou que ce passage se retrouve cité dans un ouvrage digne de confiance ne signifie pas que l’utilisation de cette préposition corresponde à la norme. Par exemple, décider que buter commande la préposition dans, parce que Queffélec32 a écrit « Elle avait buté dans un caillou; », n’est pas très convaincant. Il ne faut jamais perdre de vue que les écrivains jouissent d’un préjugé favorable. On leur accorde le privilège de ne pas s’exprimer comme tout le monde et l’on hésite à les taxer d’incorrection quand ils usent de ce privilège. Pour s’en convaincre, il suffit de lire Le Bon Usage, de Grevisse, où la règle est généralement suivie d’une série d’exemples d’auteurs qui y ont dérogé.


10.2 Bon choix appris

Il arrive aussi que le choix de la préposition pose problème. Celle qu’il faudrait utiliser ne vient pas spontanément à l’esprit. C’est le cas de l’allophone qui apprend le français. Mais cela ne lui est pas particulier. Un francophone peut aussi avoir ce problème.

La préposition étant un mot grammatical, toute grammaire y consacre nécessairement un chapitre. Malheureusement, ce chapitre fait rarement l’objet d’une présentation en classe. On juge sans doute que le francophone utilise de façon spontanée la bonne préposition et que, par conséquent, il vaudrait mieux consacrer plus de temps à d’autres aspects grammaticaux – encore faut-il que l’enseignement de la grammaire soit au programme.

Pour apprendre le français, un allophone utilise des manuels qui consacrent, eux aussi, une section à la préposition. Cette section fait toujours l’objet d’une étude approfondie, car il est connu que la préposition constitue un sérieux obstacle quand on passe d’un système linguistique à un autre. Cependant on n’y traite généralement que des prépositions à et de en tant que prépositions vides de sens.

Il est une autre source que le rédacteur pourrait vouloir consulter pour trouver la bonne préposition : les dictionnaires. Mais les dictionnaires de langue n’ont pas pour objectif, pour des raisons sans doute économiques, de citer des exemples d’utilisation de toutes les prépositions avec tous les mots-vedettes. Par exemple, celui qui voudrait savoir quelle préposition peut être employée avec l’adjectif audible sera fort déçu s’il consulte son dictionnaire; l’adjectif n’y est utilisé que de façon absolue. Seule l’analyse du sens lui permettra de trouver la bonne préposition.


10.3 Analyse du sens

Reprenons le cas de l’adjectif audible, qui signifie « qui peut être entendu, qui peut être perçu par l’oreille ». Selon que le rédacteur veut indiquer l’emplacement de celui qui perçoit le son, ou la distance à partir de laquelle le son peut être entendu, ou la distance sur laquelle ce son peut être entendu, il choisira la préposition qui correspond le mieux à l’idée qu’il veut transmettre.

  • Ce tintamarre est audible à cent mètres.
  • Ce tintamarre est audible du sommet de la montagne.
  • Ce tintamarre est audible sur cent mètres.
  • Ce tintamarre est audible depuis la maison.

Que le choix de la préposition soit, chez le francophone, inconscient ou non, la compréhension du sens est essentielle. À plus forte raison pour l’allophone, car, comme nous l’avons mentionné précédemment, la préposition à utiliser n’est pas nécessairement la même dans toutes les langues. L’analyse du sens s’impose donc.

Mais cette analyse n’est pas toujours réalisable. Dans certains cas, la préposition s’est vidée de son sens pour devenir un simple outil syntaxique : Pierre aime à jouer du piano; traiter quelqu’un d’imposteur; rien de nouveau. C’est ce que les grammairiens appellent des prépositions vides33. Alors, analyser le sens pour trouver la bonne préposition à utiliser est illusoire. Il faut plutôt s’efforcer de mémoriser les associations que l’usage impose aux utilisateurs de la langue, d’où l’importance accordée aux prépositions vides dans les grammaires destinées aux allophones qui veulent apprendre le français34.


10.4 Relation entre la préposition et les termes qu’elle unit

La préposition est, comme le dit Galichet, « douée de la singulière propriété de faire émerger, par sa présence entre les deux termes qu’elle unit, le rapport conceptuel et syntaxique qui existe entre eux35 ».

Examinons cette relation ainsi que le rôle joué par chacun des éléments concernés.


10.4.1 Tantôt, c’est la préposition qui impose sa valeur particulière aux deux termes qu’elle unit

Si je dis Pierre m’a rendu visite pendant mes vacances, la préposition pendant exprime la notion de simultanéité. Si, au lieu de pendant, j’utilise après, le rapport est maintenant un rapport de postériorité. La préposition a donc, ici, le pouvoir de changer considérablement le rapport entre les termes qu’elle unit. Ces derniers ont donc besoin d’elle pour exprimer le rapport en question qui est soit la simultanéité, soit la postériorité. On parle ici de prépositions fortes, à valeur presque monosémique.


10.4.2 Tantôt, ce sont les termes qui s’imposent à la préposition

Les deux termes qui participent à cette relation, à savoir le complémenté et le régime, peuvent s’imposer à la préposition.


Influence déterminante du complémenté

Cette influence s’observe quand le verbe fait corps avec une préposition, par exemple obéir à et compter sur. Il peut même à l’occasion acquérir un nouveau sens, par exemple répondre de au sens de « se porter garant pour » ou encore voir à au sens de « faire en sorte que ». La préposition est pour ainsi dire agglutinée au complémenté.


Influence déterminante du régime

Il arrive également que le second terme, le régime, ait une influence prépondérante. Dans ce cas, la préposition tend à former bloc avec le régime au point de devenir une locution : de vive voix, de plain-pied, à belles dents, etc. La préposition est ici agglutinée au régime.


Influence prépondérante du régime et du complémenté

L’influence du régime peut également se faire sentir sans qu’il y ait agglutination. Prenons comme exemples s’asseoir (préposition) le divan et s’asseoir (préposition) le fauteuil. Si l’endroit où l’on s’assoit est creux ou enveloppe, la préposition à utiliser est dans; si l’endroit est plat, c’est sur. En effet, ne dit-on pas : s’asseoir dans le bain, s’asseoir dans le panier, s’asseoir dans l’eau, s’asseoir dans l’avion, etc., et s’asseoir sur la rampe, s’asseoir sur le trottoir, s’asseoir sur le perron, etc. Le choix de la préposition est donc ici dicté par le régime. À preuve, il est possible de changer le complémenté sans changer l’exigence de la préposition : manger, revenir, lire dans l’avion; manger, revenir, lire sur le perron. Cela n’est vrai qu’à une condition : le verbe doit jouer sur le fait que l’endroit est creux ou plat. Gardons le même régime et changeons le complémenté : étendre une housse (préposition) le fauteuil, (préposition) le divan; installer un porte-bagages (préposition) la voiture. La préposition qui doit être utilisée ici n’est plus dans, même s’il s’agit du même endroit creux, mais bien sur. Ce changement s’explique par le fait que les complémentés – dans ce cas-ci, les verbes – ne jouent pas sur le fait que l’endroit est creux. Ici, c’est le complémenté qui s’impose à la préposition. Les deux termes commandent donc, selon le cas, le choix de la préposition.


10.4.3 Tantôt les termes se suffisent à eux-mêmes

Il arrive que le seul rapprochement des deux termes suffise à exprimer le rapport. Dans aimer à jouer du piano, traiter quelqu’un d’imposteur, rien de grand, l’absence de préposition n’empêche pas d’identifier le rapport. Dans de tels cas, la préposition s’est vidée de son sens pour devenir un simple outil syntaxique36. Elle n’en demeure pas moins nécessaire pour respecter la norme. Il en serait tout autrement avec Pierre vient (préposition) moi, où l’absence de préposition ouvre la porte à bien des solutions, car le sens change complètement selon que la préposition à utiliser est chez, avec, derrière, à, pour ou encore sans.

Il y a donc lieu de distinguer :

  • les prépositions à valeur forte, qui indépendamment du complémenté et du régime disent bien ce qu’elles veulent dire. Il n’est donc pas nécessaire d’analyser le sens du rapport entre ceux-ci. Exemples : pendant, derrière, au milieu de, etc.;
  • les prépositions à valeur variée, qui, selon le complémenté ou le régime, établiront un rapport particulier entre ces deux termes. Dans de tels cas, il faut analyser le rapport à représenter et s’assurer que la préposition exprime bien ce rapport. Les prépositions de cette catégorie sont polysémiques. Exemples : à, de, sur, en, etc.;
  • les prépositions à valeur vide, qui ne jouent dans la phrase aucun rôle sémantique, mais uniquement un rôle syntaxique. L’analyse du sens est donc inutile. Exemples : à, de, etc.

Bref, le choix de la bonne préposition est à la fois affaire de sens et affaire d’usage. Quand c’est affaire de sens, le rédacteur doit faire son choix en fonction de ce sens. Par contre, si c’est affaire d’usage, sa logique ne l’aide en rien. Il est complètement démuni.

La solution : consulter des ouvrages où l’usage est consigné.

Comme ces ouvrages se font plutôt rares et s’avèrent incomplets, nous avons tenté de combler cette lacune en présentant un répertoire, le plus complet possible, où est consigné cet usage et qui répond à la question : Est-ce à, de, en, par, pour, sur ou avec qu’il me faut utiliser?


Sources consultées

  • Caput, J. et J.-P. Dictionnaire des verbes français, Paris, Larousse, 1988.
  • Colin, Jean-Paul. Dictionnaire des difficultés du français, Paris, Les usuels du Robert, Dictionnaires Le Robert, 1994.
  • Dictionnaire historique de la langue française, 2 tomes, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1993.
  • Dictionnaire Quillet de la langue française, 20 vol., Paris, Librairie Aristide Quillet, s. d.
  • Girodet, Jean. Pièges et difficultés de la langue française, Paris, Bordas, 1988.
  • Grevisse, Maurice. Quelle préposition? 3e édition, Paris–Louvain-la-Neuve, Duculot, 1983.
  • Hanse, Joseph. Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne, 2e édition, Paris–Louvain-la-Neuve, Duculot, 1987.
  • Lasserre, E. Est-ce à ou de? Répertoire des verbes, adjectifs et locutions se construisant avec une préposition, 14e édition, Lausanne, Payot, 1980.
  • Le Grand Robert de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1993.
  • Le Nouveau Petit Robert : dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1996.
  • Le Petit Larousse illustré, Paris, Larousse, 2000.
  • Sctrick, R. Encyclopédie de la conjugaison, Paris, Garnier, 1986.
  • Thomas, Adolphe V. Dictionnaire des difficultés de la langue française, Paris, Librairie Larousse, 1956.

Présentation des données

Le parti que nous avons pris, dans la compilation de ce répertoire, est d’être, dans la limite de nos compétences, descriptif de l’usage actuel. Mais prétendre que tel est l’usage actuel suppose déjà une norme.


La norme

Cette norme, nous l’avons empruntée à des ouvrages énumérés dans la section Sources consultées. L’unanimité ne règne toutefois pas toujours entre ces sources. En voici quelques exemples.

Faut-il dire : adorer ø faire qqch. ou adorer de faire qqch.?

  • Selon le Nouveau Petit Robert : « (avec l’inf.) Elle adore faire la sieste. »
  • Girodet écrit : « [adorer] se construit avec l’infinitif seul ou bien avec l’infinitif précédé de de (tour plus recherché) : Il adore se promener seul dans la forêt. Il adore de se chauffer au soleil. »
  • D’après Hanse : « Devant un infinitif, il se construit aujourd’hui sans préposition (de est très rare) : Ils adoraient boire. »
  • Colin et Thomas, pour leur part, ne considèrent pas qu’il y a problème, car cette construction ne fait l’objet d’aucune mention. Ils en font toutefois une à aimer.

Dans ce cas-ci, nous nous sommes rallié à la majorité et avons considéré que le verbe se construit sans préposition. Nous avons donc omis du répertoire la construction avec la préposition de.

Faut-il dire : dîner avec un sandwich ou dîner d’un sandwich?

  • Dans le Grand Robert, nous pouvons lire : Dîner avec un sandwich; dans le Nouveau Petit Robert : Dîner d’un simple potage.
  • Dans le Quillet, l’utilisation de avec est condamnée.
  • Girodet et Colin réservent l’emploi de la préposition avec au cas où cette dernière est suivie du nom d’une personne, mais, pour indiquer ce que l’on mange au dîner, ils prescrivent l’emploi exclusif du de : Pierre dîne avec Jean d’un sandwich.
  • Hanse accepte les deux prépositions.

Nous avons donc pris le parti d’inclure la préposition avec dans le répertoire en précisant qu’il s’agit d’un emploi contesté.

  • Faut-il dire : s’engouer de ou s’engouer pour?
  • Selon le Grand Robert, seule la préposition de peut s’utiliser. Le Nouveau Petit Robert ne fait aucune remarque concernant la préposition pour.
  • Girodet nous dit que ce verbe se construit avec de et que la préposition pour est peu recommandée. Colin, pour sa part, ne donne qu’un exemple construit avec pour.

Devant un tel partage d’opinions, nous avons opté pour l’inscription des deux prépositions.

  • Faut-il dire : repartir à zéro ou de zéro? On trouve les deux usages selon les sources consultées. Nous les avons donc mentionnés dans le répertoire.
  • Peut-on dire : courir après qqch., qqn? L’emploi de cette préposition est déconseillé par Girodet, mais admis par Hanse. Comme l’expression s’utilise couramment au Québec, nous l’avons retenue.

La présentation proprement dite

Pour simplifier la consultation du répertoire, nous avons choisi de présenter les données sur quatre colonnes.


MOT-VEDETTE NATURE /
EMPLOI
PRÉPOSITIONS
UTILISABLES
EXEMPLES
D’UTILISATION
affairé adj. à affairé à faire qqch.
antérieurement adv. à antérieurement à qqch.
applaudir v. tr. pour applaudir qqn pour sa réussite
v. tr. ind. à applaudir à votre initiative
v. intr. à applaudir à tout rompre
  avec applaudir avec enthousiasme
  des applaudir des deux mains
v. pron. de s’applaudir de son choix
p. p. adj. par applaudi par tous ses supporters


Mot-vedette

Catégories des mots-vedettes

Nous avons vu à la section 5 de La préposition que toutes les catégories de mots, sauf les mots outils, peuvent commander une préposition. Faire le tour de la question, c’est-à-dire étudier l’emploi de la préposition avec toutes ces catégories, ne cadrait pas avec notre objectif de produire un ouvrage aux dimensions raisonnables. Nous avons donc délibérément écarté les noms – et les pronoms – de notre nomenclature, car ils représentent à eux seuls tout un monde. Nous nous sommes donc limité aux trois autres catégories : l’adjectif, le verbe et l’adverbe.

Choix des mots-vedettes

Le choix des verbes inclus dans le répertoire est basé principalement sur l’ouvrage de Sctrick. Les adjectifs et les adverbes sont ceux que le lecteur rencontre dans tout dictionnaire de langue générale. Les mots argotiques ou à usage limité n’ont pas été retenus.

Si un mot – adjectif, verbe ou adverbe – formé d’un préfixe (exemples : re- ou in-) ne figure pas dans la liste, le lecteur est invité à consulter l’entrée qui correspond à son radical. Par exemple, inapplicable et reparler ne sont pas consignés, mais applicable et parler le sont.

Présentation des mots-vedettes

Les homographes

Les mots homographes qui n’ont pas la même étymologie, donc pas le même sens, ont été numérotés, suivant en cela la tradition dictionnairique.

C’est ainsi que le lecteur verra :

  1. causer

    au sens de : « être la cause de; »

  2. causer

    au sens de : « s’entretenir familièrement; »

Les verbes pronominaux

Leur présentation varie selon qu’il s’agit d’un verbe essentiellement ou occasionnellement pronominal. Dans le premier cas, le verbe sera accompagné du pronom se entre parenthèses : « colleter (se) » ou « abstenir (s’) ». Dans le second cas, le pronom ne figure pas dans la première colonne. L’utilisation du verbe comme verbe pronominal n’étant qu’occasionnelle, il en sera fait mention dans la deuxième colonne :


MOT-VEDETTE NATURE /
EMPLOI
PRÉPOSITIONS
UTILISABLES
EXEMPLES
D’UTILISATION
caractériser v. pron. par se caractériser par son intelligence

Nature / emploi du mot-vedette

La nature du mot vedette (adjectif, adverbe ou verbe) est indiquée dans la deuxième colonne. Dans le cas d’un verbe, nous y avons indiqué soit sa nature (si le verbe n’a qu’un emploi), soit son emploi particulier (quand le verbe a plus d’un emploi). Cette addition, pour banale qu’elle puisse paraître à première vue, n’est pas une opération sans risque. En effet, le lecteur pourrait être tenté de contester la classification, et il n’aurait pas nécessairement tort, car même « les grammairiens ont parfois de la peine à s’entendre sur cette répartition37 ». Nous en voulons pour preuve le verbe abdiquer.

Selon le Nouveau Petit Robert, abdiquer est un verbe transitif, même en construction absolue : tous ces héros abdiquent (se déclarer vaincus) et abdiquer en faveur de son fils. Selon Le Petit Larousse (2000), abdiquer est un verbe tantôt transitif, au sens de « renoncer au pouvoir; », et il accepte un emploi absolu : Le roi a abdiqué; tantôt intransitif, au sens de « renoncer à agir, abandonner, se déclarer vaincu; » : abdiquer devant les difficultés. La classification varie donc selon la source consultée.

À cela vient s’ajouter une autre difficulté, celle de l’interprétation de la construction absolue. Dans le Nouveau Petit Robert, l’emploi ainsi qualifié (ABSOLT) désigne l’usage du verbe sans le complément attendu. C’est pourquoi, dans Le roi a abdiqué, le verbe est considéré comme transitif, car il y a un complément direct attendu mais non écrit, à savoir le trône. Il en serait de même dans Le Petit Larousse (2000). Dans le Dictionnaire Quillet de la langue française, par contre, le verbe est dit intransitif dans cet emploi : Charles Quint abdiqua. Le classer intransitif rejoint la tendance actuelle en grammaire, qui veut que le verbe soit classé en fonction de son emploi réel, c’est-à-dire en fonction de la présence ou non du complément sur lequel l’action exprimée par le verbe passe. Autrement dit, la transitivité ou l’intransitivité d’un verbe ne serait pas une caractéristique intrinsèque du verbe, mais une caractéristique de son emploi. C’est ainsi que, par exemple, le verbe pleurer est, selon les emplois, tantôt intransitif, tantôt transitif, même si l’idée exprimée suppose un complément d’objet direct.

  • intransitif :

    Marie pleure depuis ce matin.

  • transitif :

    Marie pleure son frère.

Compte tenu de ces difficultés, nous avons opté pour des exemples où le problème de la présence ou non du complément pour classer le verbe ne se pose pas. Nous indiquons v. tr. si le verbe en question est employé avec un c.o.d.; v. tr. ind. s’il est utilisé avec un c.o.i.; v. intr. s’il est employé sans c.o.d. ni c.o.i., mais avec un complément circonstanciel, ou complément de la phrase. Nous précisons aussi si le verbe est utilisé sous sa forme pronominale (v. pron.) ou sous forme de participe passé adjectif (p. p. adj.). Certains verbes ne se construisent que de façon impersonnelle. Nous l’indiquons alors par la mention : v. impers. Il arrive aussi que certains verbes admettent une construction impersonnelle – c’est le cas de bien des verbes intransitifs ou pronominaux (exemples : il manque des étudiants dans la classe; il se vend des armes dans bien des pays). Nous n’avons pas cru bon de fournir des exemples dans tous ces cas.

Si un verbe est accidentellement pronominal et qu’il commande les mêmes prépositions que lorsqu’il est employé comme verbe intransitif ou transitif (direct ou indirect), nous n’avons pas jugé nécessaire de le répéter. C’est ainsi qu’à astreindre le lecteur ne trouvera pas la mention v. pron., car, dans un tel emploi (s’astreindre à), la préposition est la même que pour l’entrée consignée à v. tr.

Si le verbe employé comme participe passé adjectif ne commande pas de prépositions différentes de celles indiquées pour les autres emplois de ce verbe, nous n’avons pas non plus jugé utile de le noter, pour ne pas allonger indûment le répertoire. C’est ainsi qu’à briser, brisé en mille morceaux n’est pas consigné, pas plus d’ailleurs que la forme pronominale se briser en mille morceaux. De plus, le complément d’agent d’un verbe transitif utilisé au passif, introduit par par ou de, n’a généralement pas fait l’objet d’une mention. Le lecteur devrait en prévoir l’utilisation.



Prépositions utilisables

Présentation

Les prépositions retenues sont présentées par ordre alphabétique pour chacune des indications de la deuxième colonne.

Choix des prépositions

La décision d’inscrire une préposition dans ce répertoire est une opération qui se veut objective, mais qui, dans bien des cas, paraîtra, et sera, fort probablement subjective. Elle se veut objective parce qu’elle est fondamentalement fonction de l’usage, et que ce n’est pas l’auteur qui établit l’usage. Cette décision sera subjective parce que c’est l’auteur en dernier ressort qui la prend. Les prépositions choisies sont celles qui nous venaient à l’esprit après nous être posé la question en titre, ou que nous rencontrions au hasard de nos lectures ou au moment de la consultation de certains ouvrages.

Nous avons donc, pour ainsi dire, appliqué la méthode introspective, nous demandant, chaque fois qu’il en était besoin, si l’utilisation de telle ou telle préposition était courante. En cas de doute, nous n’avons pas insisté, de crainte d’en arriver à nous imaginer, à tort, qu’elle s’utilisait. Nous avons préféré ne pas la consigner, selon le principe qu’une abstention vaut mieux qu’une erreur. Une telle façon de faire n’est pas sans conséquence. Nous avons certainement oublié quelques prépositions utilisables, et nous nous en excusons.

Le facteur qui nous a guidé dans le choix des prépositions utilisables, c’est le public visé, autrement dit tous ceux qui éprouvent des difficultés à savoir quelle préposition employer avec tel mot. Le répertoire s’adresse donc non seulement au francophone qui, à l’occasion, peut se demander si une préposition s’utilise dans tel cas, mais aussi à tous ceux qui travaillent à cheval sur deux systèmes linguistiques. Les besoins de celui qui traduit ou qui étudie le français comme langue seconde sont évidemment bien différents de ceux du francophone. L’inscription de certaines prépositions paraîtra donc tout à fait inutile à ce dernier, mais pourra être fort utile à un allophone. Ce sont d’ailleurs les besoins particuliers des allophones qui nous ont amené à inclure non seulement les mots devant se construire avec une préposition, mais aussi les mots pouvant se construire avec une préposition.

Les prépositions complexes, ou locutions prépositives, sans être exclues du répertoire, ne sont pas légion, car ces locutions ont généralement un sens plein, par exemple : à l’aide de, à propos de, etc. Elles posent donc moins de problèmes que certaines prépositions simples comme à, avec, de.

Exemples d’utilisation

Les exemples fournis se veulent une illustration de l’emploi du mot-vedette avec la préposition indiquée. Il arrive qu’il y ait plus d’un emploi pour une préposition particulière, en raison notamment du caractère polysémique de cette préposition. Voici un aperçu des facteurs intervenus.

  • La variation de sens du mot-vedette. Par exemple, dans la conférence accroche sur plusieurs points et la plume accroche sur un papier fait main, le verbe signifie, dans le premier cas, « présenter des difficultés » et, dans le second, « être arrêté par qqch. ». Nous avons jugé qu’il était pertinent que le lecteur sache que la préposition sur s’utilise dans les deux cas.
  • La variation de la nature du complément. Dans gémir sur son lit et gémir sur son propre malheur, le complément n’est pas de même nature. Dans le premier cas, il désigne l’endroit où la personne gémit et, dans le second, l’objet de sa douleur.
  • Le caractère polysémique de la préposition. Dans la buse étrangle sa proie dans ses serres et étrangler qqn dans le sous-sol, la préposition indique, dans le premier cas, l’instrumentalité et, dans le second, le lieu.
  • La nature du sujet du verbe. Si le verbe accepte comme sujet un être ou un objet, nous pouvons en faire état en fournissant deux exemples d’utilisation : le climat influe sur la santé et influer sur l’opinion de qqn. L’emploi de la forme infinitive sous-entend que le sujet est une personne.
  • Le caractère régional de la construction. Quand certains emplois nous étaient familiers sans pour autant être reconnus comme corrects par les sources consultées, nous avons indiqué, entre parenthèses, qu’il s’agissait d’un néologisme, québecisme ou autre.

Notes

  • Retour à la note1 Lorsqu’une locution se termine par que plutôt que par de (exemples : afin que, de peur que, sous prétexte que), elle cesse d’être une locution prépositive pour devenir une locution conjonctive.
  • Retour à la note2 Pour être locution prépositive, étant donné doit être suivie d’un nom (exemple : étant donné l’importance de sa tâche); étant donné que est une locution conjonctive.
  • Retour à la note3 Le lecteur qui aurait la curiosité de vérifier, dans son dictionnaire, le sens d’autres prépositions constaterait que le cas de la préposition de n’est pas unique.
  • Retour à la note4 Selon Grevisse : « Certains grammairiens appellent prépositions vides (en les opposant aux prépositions pleines) les prépositions qui ont abandonné leur valeur précise et qui se sont "vidées" de leur sens pour devenir de simples outils syntaxiques […] ». Le Bon Usage, 11e édition,  2240. Exemples d’utilisation du de en tant que préposition vide : la ville de Québec; parler de tout; indépendamment de vous; la moyenne est de 65 %; avoir quatre jours de libres; rien de nouveau; il est facile de faire cela.
  • Retour à la note5 J. Girodet. Pièges et difficultés de la langue française, Paris, Bordas, 1988, p. 23.
  • Retour à la note6 J. Hanse. Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne, 2e édition, Paris–Louvain-la-Neuve, Duculot, 1991, p. 355.
  • Retour à la note7 J. Girodet. Pièges et difficultés de la langue française, Paris, Bordas, 1988.
  • Retour à la note8 Parmi les adverbes, seuls ceux qui marquent une localisation spatiale ou temporelle peuvent jouer le rôle de régime. Exemple : Une histoire d’autrefois.
  • Retour à la note9 « L’esprit peut penser l’action comme n’ayant rapport qu’au sujet […]; elle a alors, en tant qu’action, son expression nécessaire et suffisante dans le verbe d’action tout nu. Soit l’action de dormir, d’aller, de mourir; on peut, il est vrai, se demander où, quand, comment, pourquoi, etc., elle se fait. Mais sur l’action elle-même, comme telle, on ne se demande [sic] qui ni quoi; le verbe qui énonce la chose suffit à en donner l’idée complète, dans ce qu’elle a d’essentiel. » G. Le Bidois et R. Le Bidois. Syntaxe du français moderne. Ses fondements historiques et psychologiques, 2 tomes, Paris, Éditions Auguste Picard, 1968, p. 389.
  • Retour à la note10 Le seul cas où le c.o.i. n’est pas précédé d’une préposition, c’est quand cette fonction est occupée par un pronom personnel. Exemple : Je lui donne un livre.
  • Retour à la note11 Seuls les verbes transitifs directs peuvent être mis au passif. L’objet du verbe actif devient alors sujet du verbe passif; et le sujet du verbe actif, complément d’agent du verbe passif. Exemple : un automobiliste a renversé un piéton / un piéton a été renversé par un automobiliste.
  • Retour à la note12 Acte II, scène IV.
  • Retour à la note13 « Au fur et à mesure que se consumait la ruine de la déclinaison nominale, la langue développa l’emploi des prépositions, auxquelles fut dévolu le rôle d’indiquer les rapports syntaxiques que marquaient jusque-là les désinences casuelles. » (M. Grevisse. Le Bon Usage, nos 2242-2243.)
  • Retour à la note14 Pour plus de détails sur la classification des prépositions d’un point de vue historique ou syntaxique, voir G. Le Bidois et R. Le Bidois, Syntaxe du français moderne, tome II, Paris, Éditions Auguste Picard, 1968, p. 671,  1801.
  • Retour à la note15 En anglais, le verbe to obey est transitif direct. On dit : to obey somebody.
  • Retour à la note16 A. Rey. Dictionnaire historique de la langue française, 2 tomes, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1993, p. 1190.
  • Retour à la note17 G. Le Bidois et R. Le Bidois. Syntaxe du français moderne, tome II, Paris, Éditions Auguste Picard, 1968, p. 402,  691.
  • Retour à la note18 Voir M. Grevisse. Le Bon Usage, 11e édition, Paris-Gembloux, Duculot, 1980, p. 683,  1365.
  • Retour à la note19 J.-P. Colin. Dictionnaire des difficultés du français, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1994, p. 418.
  • Retour à la note20 A. Rey. Dictionnaire historique de la langue française, 2 tomes, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1993, p. 1976.
  • Retour à la note21 I. de Buisseret. Deux langues, six idiomes, Ottawa, Carlton-Green, 1975, p. 83.
  • Retour à la note22 J. Hanse. Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne, 2e édition, Paris–Louvain-la-Neuve, Duculot, 1991.
  • Retour à la note23 J.-P. Colin. Dictionnaire des difficultés du français, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1994, p. 572.
  • Retour à la note24 Exemple cité par Colin.
  • Retour à la note25 La Presse, 14 oct. 1998. Déclaration de Eduardo Chadwick, président de la société viticole chilienne Viña Errázuriz.
  • Retour à la note26 Nous abordons plus loin l’impact qu’ont le complémenté et le régime sur le choix de la préposition.
  • Retour à la note27 Nous abordons plus loin l’affinité qui peut exister entre la préposition et les deux autres termes de l’ensemble prépositionnel, C et R. Voir 10.4.
  • Retour à la note28 Exemple emprunté à J. Cervoni, La préposition, Paris–Louvain-la-Neuve, Duculot, 1991, p. 245.
  • Retour à la note29 M. Rouleau. La traduction médicale. Une approche méthodique, Linguatech enr., Brossard, 1994, p. 199.
  • Retour à la note30 J. Girodet. Pièges et difficultés de la langue française, Paris, Bordas, 1988, p. 273.
  • Retour à la note31 Les trois seules prépositions qui sont généralement répétées sont à, de et en.
  • Retour à la note32 Cité par M. Grevisse, Quelle préposition?, 3e édition, Paris–Louvain-la-Neuve, Duculot, 1992.
  • Retour à la note33 Voir la note  4.
  • Retour à la note34 C. Fay-Baulu, H. Poulin-Mignault, H. Riel-Salvatore. Vouloir… c’est pouvoir, 3e édition, Toronto, Holt, Rinehart & Winston of Canada, 1992.
  • Retour à la note35 G. Galichet. Essai de grammaire psychologique du français moderne, Paris, PUF, 1950, p. 48.
  • Retour à la note36 Voir la note 4.
  • Retour à la note37 G. Le Bidois et R. Le Bidois. Syntaxe du français moderne, tome I, Paris, Éditions Auguste Picard, 1968, p. 387,  675.