Public Works and Government Services Canada
Symbol of the Government of Canada

Institutional Links

 

Important notice

Good news! We have updated our writing tools. A new version of the Juridictionnaire is now available.

Don’t forget to update your bookmarks. Within a few weeks, the current version of the Juridictionnaire will no longer be available.

Search Canada.ca
To begin your search, go to the alphabetical index below and click on the first letter of the word you are searching for.

Juridictionnaire

post-

Le préfixe post- tiré de la préposition latine homonyme signifiant après, à la suite de, a posteriori, qui est subséquent, qui se produit après, qui est postérieur, indique la postériorité dans le temps (cas le plus fréquent des occurrences) ou dans l’espace. Cet élément entre dans la construction de plusieurs unités lexicales. La question se pose de savoir s’il faut employer le trait d’union ou s’il faut souder les deux éléments.

Règle générale, car l’usage n’a pas encore fixé une orthographe uniforme, les vocables – substantif, adjectif, verbe – formés à l’aide de ce préfixe s’écrivent en un seul mot, même s’ils commencent par une voyelle : postacquisition, postarbitrage, postaudit, postchèque, postcontractuel, postconciliation, postcotisation, postdate, postdécisionnel, postévaluation, postfaillite, postméridien, postnatal, postposition, postscolaire, postsentenciel, postvérification, postuniversitaire, postviolation.

Il faut mettre le trait d’union quand le deuxième élément commence par un t (post-test, post-traitement, post-traumatisme) et s’ils forment avec ce préfixe un composé emprunté au latin (post-scriptum). Le terme post(-)mortem s’écrit avec ou sans le trait d’union, la graphie n’étant pas fixée dans l’usage.

Le préfixe post- a pour antonymes anti- (antidate, antiposter), ante- (ante(-)mortem) et pré-.