Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 

Avis important

Bonne nouvelle! Nous avons modernisé nos outils d’aide à la rédaction. Vous pouvez maintenant accéder à une nouvelle version du Juridictionnaire.

N’oubliez pas de mettre à jour vos favoris. D’ici quelques semaines, la version actuelle du Juridictionnaire ne sera plus accessible.

Rechercher dans Canada.ca
Pour commencer votre recherche, cliquez sur la première lettre du mot voulu dans l'alphabet ci-dessous.

Juridictionnaire

publiciste

  1. Le mot publiciste, dérivé du mot public, est substantif et adjectif. Comme substantif, il désigne la personne qui est, de par sa profession, spécialiste du droit public ou qui écrit sur ce droit. Un, une publiciste. Jean Domat est un célèbre publiciste du XVIIe siècle. Les publicistes consacrent leur activité professionnelle à l’étude du droit public, c’est-à-dire au droit qui régit l’organisation et le fonctionnement de l’État, des administrations ou pouvoirs publics, considérés par rapport à leur condition interne, mais aussi dans leurs interactions quotidiennes avec les particuliers : droit administratif, droit constitutionnel, droit fiscal.

    Dans l’optique exclusive de la terminologie propre aux juristes de tradition romano-canoniste et, donc, en français européen et québécois (et non en français de common law, qui ne connaît pas la distinction entre droit privé et droit public), le droit public constitue une branche maîtresse du droit objectif dans la conception classique et traditionnelle.

  2. Est qualifié de publiciste ce qui relève du droit public, ce qui se rapporte à ce domaine du droit. Juriste publiciste. Avocat, cabinet, praticien publiciste. Universitaire publiciste. Doctrines, théories publicistes. Internationaliste publiciste.
  3. Le mot publiciste se dit par opposition au mot privatiste. « On oppose généralement sur cette question les théories des privatistes à celles des publicistes. » « Pour les privatistes, la délégation désigne très généralement le procédé par lequel il est donné droit à une personne d’agir au nom d’une autre; pour les publicistes, en revanche, elle est assimilée à un acte unilatéral en vertu duquel une autorité publique, elle-même habilitée, transfère l’exercice d’une partie de sa compétence. »