Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens institutionnels

 

Avis important

Bonne nouvelle! Nous avons modernisé nos outils d’aide à la rédaction. Les Clefs du français pratique et Le guide du rédacteur ont été fusionnés pour créer un nouvel outil appelé Clés de la rédaction.

N’oubliez pas de mettre à jour vos favoris. L’outil Clefs du français pratique ne sera plus accessible d’ici quelques semaines.

Rechercher dans Canada.ca

virgule avec un complément de phrase

(Un sujet semblable est traité en anglais dans l’article COMMAS WITH ADVERB CLAUSES.)

Contexte

On se demande souvent s’il faut employer ou non la virgule avec un complément de phrase (aussi appelé complément circonstanciel), surtout si ce dernier est placé en tête de phrase, comme dans les exemples suivants :

  • En effet(,) je suis déçu.
  • Après le cinéma(,) il est retourné chez lui.

L’emploi de la virgule est fonction de la place qu’occupe le complément circonstanciel dans la phrase.

Complément en tête de phrase

Avec la virgule

Il est conseillé de toujours mettre une virgule après un complément placé en tête de phrase. La virgule vient alors indiquer une courte pause :

  • Puisque vous insistez, j’accepte votre invitation.
  • Après le cinéma, il est retourné chez lui.
  • Si vous ne faites pas attention, vous tomberez malade.
  • Très consciencieusement, chacun s’acquitte de ses nouvelles fonctions.
  • En effet, je suis déçu.

C’est le cas notamment après les adverbes et mots charnières comme à première vue, bref, cependant, certes, donc, en effet, en outre, néanmoins, par ailleurs, toutefois, etc.

La virgule est nécessaire s’il y a un risque de confusion :

  • Quand tu appelleras, Julie sera peut-être sortie.

Si la virgule était omise, on pourrait attribuer au début de la phrase un sens qu’il n’a pas (Quand tu appelleras Julie...).

Virgule facultative

On peut omettre la virgule si une pause n’est pas nécessaire :

  • Dans la vie il faut faire des choix.
  • Tôt ou tard il se rendra à l’évidence.
  • Ici il fait bon vivre.

La virgule peut néanmoins servir à faire ressortir un complément très court et à le renforcer :

  • Il se plaint qu’il n’y a pas assez de neige chez lui. Ici, il y en a beaucoup.
  • J’ai l’intention de m’installer à la campagne. Là, je sais que je trouverai la paix et la sérénité.

Pas de virgule

Si le sujet et le verbe sont inversés, le complément de phrase placé au début n’est jamais suivi d’une virgule :

  • Hier sont venus trois clients très pressés.
  • Dans la salle d’examen régnait un silence absolu.
  • En 1939 commença la Deuxième Guerre mondiale.

Complément au milieu de la phrase

Avec les virgules

On encadre généralement de virgules un complément placé au milieu de la phrase :

  • Il faut, dans la vie, savoir faire des choix.
  • Nous allons, pour commencer, récapituler la matière vue au dernier cours.
  • Il n’est pas envisagé, par ailleurs, de fermer la succursale.
  • J’ajoute que, sauf avis contraire, les employés sont tenus de se conformer aux nouvelles directives.

Si le complément de phrase est intercalé entre le sujet et le verbe, il est en principe encadré de virgules :

  • Le directeur, demain, prendra la tête d’un autre service.
  • La pièce, dans le temps de le dire, se retrouva envahie par la fumée.

Virgules facultatives

Si le complément est très court ou s’il est placé avant le complément d’objet ou l’attribut, on peut omettre les virgules :

  • Le directeur prendra demain la tête d’un autre service.
  • Ils arrivent malgré tout à joindre les deux bouts.
  • Cet emploi est bien payé. Je n’ai cependant aucun goût pour ce genre de travail.
  • Il faut dire que sans vous la réunion n’aurait pas eu lieu.

On peut les ajouter si l’on désire faire ressortir le complément de phrase :

  • Ma tante fêtera, demain, ses soixante-quinze ans.
  • Elle reste, malgré tout, très optimiste.
  • Cet emploi est intéressant. Les conditions de travail, cependant, me paraissent inacceptables.
  • J’ajoute que, sans vous, la fête se serait terminée tôt.

Si le complément encadré de virgules fait l’objet d’une élision, on peut soit garder uniquement la deuxième virgule, soit supprimer les deux. On a donc trois possibilités :

  • Je pense que, en hiver, il est important de prendre des vacances.
  • Je pense qu’en hiver, il est important de prendre des vacances.
  • Je pense qu’en hiver il est important de prendre des vacances.

Complément à la fin de la phrase

Pas de virgule

Le complément de phrase est le plus souvent placé à la fin de la phrase, après les compléments direct et indirect. Il n’est généralement pas précédé d’une virgule :

  • J’assisterai à la conférence à condition qu’on me rembourse les frais d’inscription.
  • J’irai la visiter avant qu’elle déménage.
  • Elle est tombée parce que le trottoir était glacé.

Avec la virgule

Quand les conjonctions mais ou car commencent le complément de phrase, elles sont généralement précédées d’une virgule :

  • J’assisterai à la conférence, mais on doit me rembourser les frais d’inscription.
  • J’irai la visiter, car elle déménage.

La virgule peut aussi être utilisée pour marquer une pause ou pour insister sur un élément :

  • Les livres que nous devions recevoir il y a deux mois sont finalement arrivés, aujourd’hui.
  • Elle ne sort plus de la maison, parce qu’elle a peur de voir son agresseur.