Public Works and Government Services Canada
Symbol of the Government of Canada

Important notice

Good news! We have updated our writing tools. A new version of the Juridictionnaire is now available.

Don’t forget to update your bookmarks. Within a few weeks, the current version of the Juridictionnaire will no longer be available.

Search Canada.ca
To begin your search, go to the alphabetical index below and click on the first letter of the word you are searching for.

Juridictionnaire

bis / ter / quater

  1. Bis peut être préfixe; il sert alors à former des mots composés (voir BI-).

    Quand le mot bis est un adverbe placé en apposition après un numéro d’ordre, il signifie répété une deuxième fois, et le s se prononce : « Le demandeur habite le 35 bis de la rue Saint-Honoré. ».

  2. On trouve bis et la numérotation subséquente dans les conventions internationales et les lois françaises : article 3bis, ter, quater, quinquies, sexies, septies, octies, nonies. Cette numérotation s’utilise pour indiquer l’adjonction à un texte d’une nouvelle disposition (chapitre, article, paragraphe…) en répétant le numéro du texte. Cet usage est inusité en rédaction législative canadienne : on dit article 1, article 1.1, article 1.2, et ainsi de suite.

    On trouve également bis dans le numéro d’ordre d’un volume : « L. Faribault, Traité de droit civil du Québec, t. 7 bis, Montréal, Wilson et Lafleur ».

    De même dans l’exposé d’un énoncé pour bien marquer les différents points d’un raisonnement : « La confrontation tacite peut bis) s’induire de tout acte, quel qu’il soit, impliquant de la part de celui qui pouvait agir en nullité ou en rescision l’intention ter) de renoncer à son action et de faire produire effet à la convention annulable et rescindable, pourvu que cette intention soit certaine et non équivoque. ».

  • BI-.